Identifiez-vous ou Créez un compte

impédancemétrie

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Étude et mesure de la souplesse du tympan et des osselets de l'oreille moyenne.

L'impédance du tympan caractérise son degré de rigidité : plus le tympan est souple, plus ses qualités sont bonnes. Sa rigidité dépend de trois éléments : la pression dans l'oreille moyenne, qui doit être égale à la pression atmosphérique si la trompe d'Eustache fonctionne bien ; le contenu de l'oreille moyenne : il s'y trouve du liquide au cours des otites ; le fonctionnement des osselets situés derrière le tympan. Si ces trois mesures sont normales, l'oreille moyenne est saine.

Technique et déroulement

Un embout est placé dans le conduit auditif et relié à trois petits canaux : l'un pour faire varier la pression sur le tympan ; l'autre pour produire des sons stimulant le tympan ; le troisième pour enregistrer les sons réfléchis par le tympan (ce dernier réfléchit les sons s'il est rigide, il les absorbe pour vibrer s'il est souple). Les canaux sont reliés à un appareil enregistreur. On peut pratiquer une impédancemétrie par deux techniques.

La tympanométrie consiste à augmenter progressivement la pression et à enregistrer les sons réfléchis à chaque niveau de pression pour apprécier la souplesse du tympan. L'appareil dessine normalement une courbe en triangle, la pointe (vers le haut) représentant le maximum de souplesse quand on impose au tympan une pression égale à celle de l'oreille moyenne. Si la pointe est décalée vers les faibles pressions, il y a une anomalie de la trompe d'Eustache. Si elle est émoussée (en forme de colline et non pas de toit), il y a une otite avec du liquide.

L'étude du réflexe stapédien consiste à s'assurer de la faculté des osselets et du tympan de se rigidifier lorsqu'un son trop fort est émis. Si ce réflexe est absent, il y a une anomalie des osselets (otospongiose). S'il survient pour des sons trop faibles, c'est l'oreille interne qui est touchée.