fibroscopie bronchique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Examen endoscopique permettant d'observer avec précision la trachée et les bronches.

La fibroscopie bronchique met en évidence les lésions de ces organes et permet d'effectuer des prélèvements de tissus et de sécrétions afin de recueillir des cellules, des bactéries, des champignons ou des parasites.

Déroulement

Cet examen ne nécessite pas d'hospitalisation. Il se déroule en position assise ou couchée. Le patient doit être à jeun. On procède d'abord à une anesthésie locale du nez, du larynx, de la trachée et des bronches par inhalation d'un produit anesthésiant. Puis un fibroscope adapté à la fibroscopie bronchique, le bronchofibroscope, est introduit par une narine et guidé sous contrôle visuel jusque dans les bronches à travers le larynx, les cordes vocales et la trachée. L'examen dure environ 20 minutes.

Effets secondaires

La fibroscopie bronchique n'est pas douloureuse grâce à l'efficacité du produit anesthésiant ; elle est cependant désagréable à cause de l'insensibilisation de la région de la gorge et du nez ainsi que des réflexes de toux et de vomissement qu'elle peut provoquer. Une toux spasmodique survient parfois à l'issue de l'examen ; elle disparaît rapidement. Comme après toute anesthésie pharyngolaryngée, il convient de s'abstenir de boire et de manger pendant les 2 heures qui suivent l'examen afin d'éviter les fausses-routes.

Voir : fibroscopie.