fibrinolytique ou thrombolytique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Médicament utilisé pour détruire les caillots formés dans la circulation sanguine.

Les différents fibrinolytiques (streptokinase, urokinase, activateur tissulaire du plasminogène) agissent par destruction de la fibrine, qui constitue la trame fibreuse des caillots. Leur efficacité est d'autant plus grande que le caillot est plus récent.

Un fibrinolytique est prescrit en cas de thrombose récente (formation d'un caillot, ou thrombus) dans une artère ou une veine, particulièrement dans une artère coronaire (infarctus du myocarde) ou pulmonaire (embolie pulmonaire). L'administration d'un fibrinolytique par voie injectable est généralement réservée aux unités de soins intensifs en milieu hospitalier. Cependant, dans le cas des infarctus du myocarde, la première injection peut être effectuée très précocement par le réanimateur de l'unité mobile de soins dès son arrivée au domicile du malade.

Effets indésirables et contre-indications

Un fibrinolytique peut causer une hémorragie (au point d'injection ou généralisée), une fièvre, des réactions allergiques. Il est contre-indiqué en cas d'accident vasculaire cérébral récent, de risque hémorragique, d'hypertension artérielle sévère mal contrôlée, d'insuffisance rénale ou hépatique grave.

Voir : thrombolyse.