exploration urodynamique

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Ensemble des examens permettant d'enregistrer les variations de pression et de débit régnant dans l'appareil urinaire afin de détecter certaines anomalies de l'évacuation de l'urine du rein vers la vessie et de la miction.

L'appareil permettant ces mesures, couramment appelé chaise urodynamique, est constitué de capteurs placés, par l'intermédiaire d'une sonde, dans les cavités des voies urinaires (vessie, bassinet) et permettant d'enregistrer en continu les variations de pression et de débit dans ces cavités au fur et à mesure de leur remplissage par du sérum physiologique, qui simule l'urine.

On distingue quatre principaux types d'examen urodynamique.

La cystomanométrie consiste à enregistrer les pressions régnant dans la vessie lors de son remplissage. Normalement, la pression de base augmente jusqu'à un pic se traduisant, lorsque la vessie est pleine, par un besoin d'uriner. Cet examen permet d'explorer les vessies neurologiques (vessies déficientes du fait de lésions nerveuses).

La débitmétrie mictionnelle consiste à calculer le débit de la miction, ce qui permet de déceler une gêne à l'évacuation de l'urine (adénome prostatique, rétrécissement de l'urètre). Le débit maximal moyen normal est d'environ 20 millilitres par seconde.

Le profil de pression urétral consiste à mesurer les pressions intra-urétrales afin de déceler une éventuelle insuffisance sphinctérienne. Indolore, cet examen ne nécessite aucune hospitalisation ni anesthésie. Il est utilisé pour mettre en évidence les anomalies de la jonction pyélo-urétérale ou toute autre malformation obstructive du haut appareil urinaire (uretère, calice, bassinet).

Le test de Whitaker consiste à enregistrer les pressions régnant dans le bassinet du rein. Cet examen, effectué en milieu hospitalier, nécessite la mise en place, sous anesthésie locale, locorégionale ou générale, d'une sonde dans le bassinet par néphrostomie percutanée (ponction à travers la peau des voies excrétrices intrarénales grâce à un contrôle radioscopique et échographique). Il permet de confirmer et d'évaluer l'importance d'un obstacle à l'évacuation de l'urine du rein vers la vessie.