engagement cérébral

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Déplacement d'une partie de l'encéphale à travers un orifice membraneux ou osseux naturel, aboutissant à une compression grave du système nerveux.

Différents types d'engagement cérébral

Il existe différents types d'engagement, selon l'orifice concerné. En effet, l'encéphale peut s'engager à travers un orifice limité par une membrane : d'une part, la faux du cerveau, membrane verticale localisée entre les deux hémisphères, dont le bord supérieur s'attache au crâne et dont le bord inférieur dessine un demi-cercle ouvert vers le bas (engagement cingulaire) ; d'autre part, la tente du cervelet, membrane horizontale située entre les hémisphères cérébraux au-dessus et le cervelet au-dessous, dont le bord postérieur s'attache au crâne et dont le bord antérieur dessine un demi-cercle ouvert en avant (engagements diencéphalique et temporal). L'encéphale peut aussi s'engager à travers un orifice osseux du crâne, le trou occipital, région du crâne où se trouve le point de jonction de l'encéphale avec la moelle épinière (engagement des amygdales cérébelleuses, saillies antéro-inférieures du cervelet, ressemblant aux amygdales du pharynx).

Causes

Les causes d'engagement sont des lésions d'un certain volume (tumeur, hématome, d'origine traumatique ou non, abcès) gênant l'écoulement du liquide cérébrospinal, qui s'accumule en créant une hypertension intracrânienne et repousse la région de l'encéphale correspondante.

Symptômes et signes

Les symptômes dépendent du type d'engagement. L'engagement temporal, par exemple, se caractérise par une mydriase (dilatation de la pupille), consécutive à la lésion de structures commandant l'œil. L'engagement des amygdales cérébelleuses provoque des accès d'hypertonie (raideur) des membres, éventuellement associés à un ralentissement du rythme cardiaque ou à un arrêt respiratoire. Les formes mineures ne se signalent que par une attitude guindée ou une inclinaison de la tête sur le côté.

Diagnostic et évolution

Le diagnostic repose sur l'observation de ces symptômes, qui amène à pratiquer en urgence un scanner. Un engagement cérébral nécessite en effet une hospitalisation immédiate : l'évolution est souvent rapidement fatale en l'absence de traitement.

Traitement

Il fait appel à une intervention neurochirurgicale qui doit être pratiquée sans délai pour décomprimer le cerveau.