Identifiez-vous ou Créez un compte

claudication intermittente

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Syndrome caractérisé par une douleur ou une faiblesse musculaire survenant lors de la marche et obligeant à l'arrêt.

Les causes de claudication intermittente peuvent être vasculaires ou neurologiques.

CLAUDICATION INTERMITTENTE VASCULAIRE

Elle est provoquée par une artériopathie des membres inférieurs, c'est-à-dire un rétrécissement des artères, en général par athérosclérose (dépôt d'une plaque d'athérome). Au début de la maladie, la douleur ne se manifeste pas au repos, car les muscles ont suffisamment d'oxygène. En revanche, après un certain temps d'effort, la demande en oxygène s'accroît et les artères ne peuvent plus la satisfaire, ce qui provoque des douleurs. Celles-ci, qui siègent dans le mollet, plus rarement dans la cuisse ou dans la fesse, ressemblent à celles que provoque une crampe. Elles se manifestent après un certain périmètre de marche, c'est-à-dire, pour un sujet donné, toujours après la même distance de marche. Le sujet est obligé de s'arrêter, la douleur disparaissant alors en quelques minutes. La reprise de la marche entraîne la réapparition des douleurs dans les mêmes conditions.

CLAUDICATION INTERMITTENTE NEUROLOGIQUE

Elle est due à une compression de la moelle épinière ou des racines des nerfs à l'intérieur de la colonne vertébrale, qui empêche le système nerveux d'envoyer les influx nerveux aux muscles après un certain temps d'effort. Elle se manifeste par une faiblesse soudaine de la jambe ou une raideur. Celle-ci peut être associée à des lombalgies, voire à une sciatique. L'existence d'un périmètre de marche est, là encore, caractéristique. La chute est possible si le malade ne s'arrête pas. Les troubles peuvent devenir bilatéraux après un certain temps.

Évolution et traitement des claudications intermittentes

L'évolution des claudications intermittentes non traitées se fait vers la persistance des symptômes (douleur, paralysie), qui peuvent même se manifester au repos. Leur traitement est celui de leur cause.