capillarite

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Inflammation aiguë ou chronique des capillaires sanguins, parfois des artérioles et veinules attenantes, entraînant des manifestations cutanées prédominant aux jambes.

Causes

Les capillarites ont des causes et des mécanismes en général mal connus. On retrouve parfois un mécanisme immunologique, une augmentation de la pression veineuse (varices et phlébites des membres inférieurs) ou un facteur allergique.

Symptômes et signes

Les capillarites sont responsables de plusieurs signes cutanés : le purpura, signe le plus caractéristique, est formé de taches rouges ne s'effaçant pas à la pression, dues à une sortie des hématies (globules rouges) hors des capillaires. La dermite ocre est une coloration brunâtre ou jaunâtre de la peau, due aux dépôts de fer secondaires à la destruction des hématies.

Certaines capillarites entraînent une nécrose cellulaire, qui se traduit par une petite croûte noire recouvrant une ulcération (perte de substance) ; cette nécrose peut être suivie d'une atrophie blanche (atrophie cutanée). D'autres inflammations provoquent des télangiectasies, dilatations des capillaires en réseaux, qui deviennent alors visibles comme de fins traits rouges ou violacés.

Ces symptômes ne sont pas spécifiques des capillarites ; c'est pourquoi le diagnostic nécessite parfois une biopsie avec examen des lésions au microscope.

Traitement

Il n'existe pas de traitement curatif réellement efficace, mis à part celui d'une cause éventuelle ; on peut essayer la prescription de « protecteurs capillaires » tels que la vitamine PP. En cas de démangeaisons, on conseillera des émolliants doux, voire une corticothérapie locale prudente, afin d'éviter toute atrophie cutanée secondaire.