ambivalence

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Tendance à éprouver ou à manifester simultanément deux sentiments opposés à l'égard d'un même objet : amour et haine, joie et tristesse, etc.

L'ambivalence se caractérise par une incapacité du sujet à départager les termes contradictoires d'un conflit devenu trop intense. Cela peut se traduire au plan moteur par une alternance de refus et d'acceptation d'une poignée de main. Cette notion a été introduite en 1911 par le psychiatre suisse Eugen Bleuler à la suite de ses travaux sur la schizophrénie. Ensuite, Sigmund Freud a eu recours à cette notion, dont il n'a cessé de souligner l'importance dans différents registres du fonctionnement psychique, aussi bien pour rendre compte de conflits intrapsychiques que pour caractériser certaines étapes de l'évolution libidinale, voire l'aspect fondamentalement dualiste de la dynamique des pulsions. Aujourd'hui, l'ambivalence est considérée comme un phénomène psychologique fondamental : bien intégrée, elle stimule la capacité à surmonter les conflits, favorisant ainsi l'adaptation et la créativité du sujet. Mal intégrée, elle risque de paralyser toute action.