érythème pigmenté fixe

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Affection cutanée d'origine médicamenteuse, se manifestant par des plaques.

L'érythème pigmenté fixe peut être dû à la prise d'analgésiques (aspirine, paracétamol), d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, d'antibiotiques (sulfamides, tétracyclines), d'antiparasitaires, de barbituriques, d'antihistaminiques, de laxatifs ou de pilules contraceptives. Il se traduit par l'apparition de plaques rouges devenant brunâtres puis noirâtres, persistant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Bien délimitées, celles-ci surviennent toujours au même endroit pour un sujet donné, de préférence sur les mains, les poignets et la région anogénitale. En cas de nouvelle prise du médicament en cause, les plaques récidivent. Le seul traitement consiste à arrêter la prise du médicament responsable et à proscrire toute prise d'un médicament de la même famille chimique, la guérison étant alors définitive.