Identifiez-vous ou Créez un compte

électrocution

Cet article est extrait de l'ouvrage « Larousse Médical ».

Ensemble des lésions consécutives au passage d'un courant électrique à travers le corps ainsi qu'au dégagement de chaleur concomitant.

Causes

La plupart des cas d'électrocution mortels touchent les personnes qui, dans le cadre de leur profession, sont en contact avec des générateurs et des lignes à haute tension. Des centaines de personnes meurent aussi chaque année à la suite de la manipulation imprudente de câbles électriques ou pour s'être servies d'appareils électriques à proximité d'un point d'eau.

Dans le domaine domestique, l'utilisation d'appareils ménagers à basse tension dans les salles d'eau (radiateur, rasoir, téléphone, etc.) est dangereuse. La foudre est une autre cause fréquente d'électrocution.

Tous les courants ne présentent pas le même risque. Le plus nocif est le courant domestique alternatif à 50 périodes. Les tissus internes du corps, humides et salés, se révèlent de bons conducteurs d'électricité, la barrière principale au passage du courant venant de la résistance électrique de la peau. La peau sèche est un bon isolant et présente une résistance importante (plusieurs dizaines de milliers d'ohms), contrairement à la peau humide (quelques centaines d'ohms seulement). Dans ces conditions, le voltage utilisé dans une maison est assez fort pour se révéler fatal.

Symptômes et signes

Toute décharge électrique peut entraîner une sidération (arrêt subit du fonctionnement) des centres nerveux, une fibrillation ventriculaire (contractions cardiaques rapides, anarchiques et inefficaces), une contraction musculaire pouvant empêcher la victime de relâcher sa prise de la source du courant, une contracture des muscles respiratoires et une perte de conscience. Il ne faut pas plus d'une charge d'une dizaine d'ampères pour que celle-ci, traversant le cœur, produise une arythmie cardiaque. Un courant de forte intensité produit par de hauts voltages peut carboniser les tissus, aux endroits où la résistance est la plus forte, généralement aux points d'entrée et de sortie du courant.

Traitement

La réanimation doit être entreprise le plus rapidement possible (dans les cinq premières minutes), sur place, après avoir coupé le courant. Elle consiste en une ventilation artificielle (bouche-à-bouche), associée au massage cardiaque en cas d'arrêt cardiorespiratoire. La réanimation doit être poursuivie pendant 2 ou 3 heures. Au cours du transport de la victime vers un centre hospitalier, ni le bouche-à-bouche ni le massage cardiaque ne doivent être interrompus. Une fibrillation ventriculaire nécessite une cardioversion (rétablissement d'un rythme cardiaque normal par choc électrique) en urgence.

Prévention

Pour éviter tout risque d'électrocution à la maison, il faut prohiber l'installation de prises à proximité d'une tuyauterie et, avant d'entreprendre la réparation d'une installation électrique, vérifier que le courant est interrompu, porter des chaussures à semelles en caoutchouc (qui est mauvais conducteur) et opérer dans un environnement sec.

Premiers secours en cas d'électrocution

Premiers secours en cas d'électrocution



Le corps humain est très conducteur : après avoir coupé le courant, il faut écarter la victime de la source électrique ; lorsque cela est impossible, la pousser plus loin à l'aide d'un manche en bois en prenant garde d'avoir mis un objet sec sous ses propres pieds.

Lorsque la victime est en état de syncope respiratoire, on doit pratiquer la respiration artificielle (bouche-à-bouche) ; si la victime respire, la placer en position latérale de sécurité.

Il faut ensuite donner les premiers soins en cas de brûlure et protéger la plaie (application d'un pansement stérile ou, à défaut, d'un emballage propre) en attendant les secours.