porte-avions

Porte-avions Clemenceau
Porte-avions Clemenceau

Navire de gros tonnage doté d'une plate-forme permettant la mise en œuvre d'avions de combat et d'hélicoptères et disposant d'installations intérieures qui en font une véritable base aérienne flottante.

Les premiers porte-avions sont construits au lendemain de la Première Guerre mondiale à partir des coques des grands cuirassés, paquebots et croiseurs de bataille. Les navires comprennent alors un « îlot », ou bloc-passerelle, rejeté à tribord pour dégager la piste d'envol, reliée par ascenseurs à un pont inférieur qui abrite les appareils. Il faut attendre les grandes batailles aéronavales de 1942 pour que le porte-avions, avec son environnement de navires de protection à vocation antiaérienne et anti-sous-marine, devienne le capital ship des flottes de combat, reléguant les cuirassés au second plan. Actuellement, les décollages sont effectués au moyen de catapultes ; l'appontage des avions à réaction sur le pont oblique, décalé par rapport à l'axe du bâtiment, est facilité par l'emploi de « brins d'arrêt ». La propulsion nucléaire a parfait encore le rôle de base flottante stratégique des porte-avions. Les conflits récents (guerre du Golfe, Kosovo, Afghanistan, Iraq) ont souligné l'importance du porte-avions comme instrument idéal de projection de force depuis la mer. En dehors d'un engagement lors d'un conflit, le déploiement d'un groupe aéronaval constitue un signe diplomatique fort.

Fonctionnement d'une catapulte à vapeur
Fonctionnement d'une catapulte à vapeur
Porte-avions Charles-de-Gaulle
Porte-avions Charles-de-Gaulle
Porte-avions Clemenceau
Porte-avions Clemenceau