En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wimille

Commune du département du Pas-de-Calais (arrondissement de Boulogne-sur-Mer), à quelques kilomètres à l'est de Wimereux.

  • Population : 4 325 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Wimillois

PATRIMOINE

La vallée du Denâcre a conservé plusieurs moulins à eau (xviiie s.), témoins d'une ancienne tradition de meunerie : moulin de la Raterie, ou Moulin Roi, moulin de Billeauville, etc.

Château de Lozembrune (1751) : pendant le camp de Boulogne, il servit de résidence au général Suchet qui était chargé de diriger les travaux du port de Wimereux, puis, à partir de 1805, au général Oudinot, et enfin au maréchal Lannes.

Château du Denâcre, ancienne maison de campagne (1777), avec son parc.

Bâtiments d'anciennes brasseries : brasserie Fidon Bertèche (puis Choteau), et brasserie Lebeurre Guilbert (puis Lebeurre Cappelle, puis Lebeurre Duchateau), datant du dernier quart du xixe siècle.

Colonne de la Grande Armée de Boulogne

Cette colonne corinthienne en marbre immortalise le camp de Boulogne où, en 1803, Napoléon Ier fit rassembler 180 000 hommes pour préparer l'invasion de l'Angleterre. Conçue par Éloi Labarre, architecte de la Bourse de Paris, la colonne ne fut achevée que sous Louis-Philippe, en 1841, après de nombreux remaniements. Au sommet, s'élevait une statue de Houdon, remplacée après sa destruction par une œuvre de Bosio, détruite également, et remplacée depuis 1962 par une œuvre de Pierre Stenne.

63 marches permettent d'accéder au sommet, à 190 m au-dessus du niveau de la mer, d'où l'on peut découvrir un beau panorama sur le port de Boulogne et le cap Gris-Nez.

Monument élevé à la mémoire de Pilâtre de Rozier et de Pierre-Ange Romain

Jean-François Pilâtre de Rozier, né en 1754, offrit son courage aux frères Montgolfier pour s'embarquer à bord de leur toute nouvelle et révolutionnaire invention. Le 21 novembre 1783, il entreprit et réussit la première ascension libre, en montgolfière, jusqu'à mille mètres d'altitude.

Après cet exploit, il projeta avec Pierre-Ange Romain la traversée de la Manche en ballon, mais gênés par le mauvais temps, ils furent devancés par Blanchard, parti de la côte anglaise. Poussés par le public et le gouvernement, les deux hommes se lancèrent néanmoins le 15 juin 1785. Leur tentative fut un échec : le ballon s'enflamma et leur chute fut mortelle.