En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Tannay

Chef-lieu de canton du département de la Nièvre (arrondissement de Clamecy).

  • Population : 635 hab. (recensement de 2010)

Ville centre de la Communauté de communes de la Fleur du Nivernay regroupant 2 800  et 20 communes : Amazy, Asnois, Dirol, Flez-Cuzy, Lys, La Maison-Dieu, Metz-le-Comte, Moissy-Moulinot, Saint-Aubin-des-Chaumes, Saint-Didier, Saint-Germain-des-Bois, Talon, Tannay, Teigny et Vignol.

Histoire et patrimoine architectural

Cette petite ville était au Moyen Âge ceinte de remparts. Vers 1480, une première enceinte fut édifiée autour de la ville dévastée pendant la guerre de Cent Ans. Moins d'un demi-siècle plus tard, son état de délabrement était tel que Marie d'Albret, comtesse de Nevers, accorda aux habitants de Tannay l'autorisation de relever leurs remparts, qui subsistèrent jusqu'en 1630, date à laquelle Richelieu ordonna le démantèlement de toutes les places-fortes du royaume ; seule subsiste aujourd'hui une partie du chemin de ronde.

La ville conserve un grand nombre de maisons des xve et xvie s., parmi lesquelles on peut surtout citer la « maison des chanoines », maison de notable décorée de deux élégantes tourelles et qui abrite une cheminée monumentale sculptée et peinte en trompe-l'œil. L'église Saint-Léger, autrefois collégiale, a été achevée en 1313 puis remaniée et agrandie au xve s., après les ravages survenus au cours de la guerre de Cent Ans. Elle est composée d'une nef à trois vaisseaux, d'un chœur à chevet plat et d'un transept non saillant dont les bras sont prolongés par deux petites chapelles, dont l'une conserve un bas-relief illustrant un épisode de la vie de saint Hubert.

Dans un écart du bourg, se dresse le château de Pignol, édifié en 1618 pour Claude de Bèze, secrétaire de Marguerite de Valois et contrôleur du roi pour l'élection de Clamecy. De cette ancienne maison forte ne subsistent plus que le portail, que flanque, au nord, une grosse tour ronde, ainsi que le colombier.