En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Stockholm

Stockholm
Stockholm

Capitale de la Suède.

  • Population pour l'agglomération : 1 385 200 hab. (estimation pour 2011)

GÉOGRAPHIE

La ville est située au débouché du lac Mälaren, à l'extrémité de la dépression centrale, axe vital du pays, et s'étend sur des îles et des presqu'îles de la mer Baltique. Elle s'est développée dès la fin du xixe s., avec l'industrialisation, surtout vers l'O. et le S.-O., dans un paysage coupé de plans d'eau et de parcs. L'agglomération regroupe le sixième de la population du pays. Centre administratif, commercial et culturel, c'est aussi un pôle industriel diversifié (constructions mécaniques, électriques et électroniques, raffinerie de pétrole, alimentation, produits de luxe), un port notable. La ville a accueilli les jeux Olympiques d'été de 1912 et une partie des épreuves (équitation) des Jeux de 1956.

L'HISTOIRE DE STOCKHOLM

Ce serait vers 1252 que Birger Jarl, régent de Suède, fonda la cité de Stockholm sur l'île appelée aujourd'hui Staden (Staden mellan broarna : la cité entre les ponts). Il y fit construire une forteresse, qui brûla en 1697 et à l'emplacement de laquelle fut édifié et terminé en 1754 l'actuel château royal. En 1264 débuta à proximité le chantier de la Grande Église, Storkyrkan (dédiée à saint Nicolas de Myre, patron des navigateurs), cathédrale nationale de la Suède. C'est dans cet édifice, reconstruit en grande partie au xve s. et très remanié au xviiie s., que furent couronnés Magnus VII Eriksson et Blanche de Namur, ainsi que la reine Christine, Charles XII, Gustave III et les rois de la maison de Bernadotte.

En 1397 fut réalisée l'Union de Kalmar, qui plaçait la Suède et la Norvège sous la souveraineté du roi du Danemark. À la fin du xve s., la Suède parvint à secouer le joug danois, et des administrateurs nationaux, les Sture, gouvernèrent le pays. En 1520, cependant, le roi Christian II de Danemark (1513-1523) reconquit la Suède ; le dernier Sture fut tué dans la bataille, et Stockholm, héroïquement défendue par sa veuve, Kristina Gyllenstierna, dut capituler en septembre 1520. Les Danois massacrèrent une centaine de nobles et de chevaliers (« bain de sang de Stockholm »).

Mais ces massacres provoquèrent un sursaut national. En 1521, Gustave Vasa prit la tête de la révolte nationale, secoua le joug danois et, en 1523, entra en roi indépendant et victorieux à Stockholm, qui devint dès lors la capitale politique et économique de la Suède. Cependant, la ville ne prit vraiment son essor que sous le règne de Gustave II Adolphe (1611-1632) : sa population atteignait 9 000 habitants à la mort du souverain ; elle devait passer à 40 000 habitants vers 1660, pour atteindre 75 000 habitants en 1700.

Au xviiie s., Stockholm, devenue un important foyer culturel scientifique et littéraire, commença à attirer les savants et les érudits, concurrençant Lund et Uppsala, en particulier sous le règne de Gustave III.

Au début du xixe s., avec l'avènement de la dynastie des Bernadotte, la Suède s'installa dans la paix. La liberté économique et le libre-échange allaient favoriser l'expansion de Stockholm, tandis que le pouvoir administratif et politique s'y affirmait davantage.

L'ART À STOCKHOLM

Le Moyen Âge n'a pas laissé à Stockholm d'héritage considérable. L'intérieur gothique de l'église Saint-Nicolas et l'église franciscaine de Riddarholmen en sont les témoins les plus notoires. Il faut citer aussi l'activité des sculpteurs sur bois, influencés par le style de l'Allemagne du Nord : groupe de Saint Georges et le dragon (1489) de Bernt Notke (vers 1440-1509) à la Storkyrkan, la plus vieille paroisse de la ville.

En 1620, la ville frappait encore les observateurs par son aspect rural, le vert des toits couverts de gazon contrastant avec les hautes cheminées blanches. Mais l'impulsion donnée par Gustave Adolphe et plus encore par le régent A. G. Oxenstierna favorisa une activité architecturale sans précédent. Le style de la Renaissance nordique, très orné, est présent à l'église Saint-Jacob, commencée à la fin du xvie s., et à la « maison de Petersen ». Le milieu du xviie s. voit l'importance de Stockholm croître rapidement, et les demeures aristocratiques s'élever les unes après les autres. Le Riddarhuset (palais de la Noblesse), entrepris en 1641 par les Français Simon (1590-1642) et Jean (1620-1696) de La Vallée, terminé par le Néerlandais Justus Vingboons (vers 1620-1698), est d'un classicisme marqué par la Hollande. Dans le même esprit, les palais Wrangel, Rosenhane, Oxenstierna, l'ancien hôtel de ville et l'ancienne banque du royaume sont dus à Jean de La Vallée et au Suédois Nicodemus Tessin l'Ancien.

L'un après l'autre, de 1662 à 1700, Nicodemus Tessin l'Ancien (1615-1681) et son fils, Nicodemus le Jeune (1654-1728), dirigèrent les travaux du « Versailles suédois », le château de Drottningholm, dans l'île de Lovö. Les bâtiments à la française se dressent au milieu d'un parc orné de pavillons de style chinois, construits au xviiie s. par Carl Fredrik Adelcrantz (1716-1796), décorés sur des modèles de François Boucher et meublés d'objets spécialement importés par la Compagnie des Indes. C'est à Nicodemus Tessin le Jeune que revint l'entreprise du nouveau château royal (1697-1754), dont l'austère façade sur la mer emprunte beaucoup au baroque romain. C'est Trianon qui inspira à Gustave III l'idée du petit château de Haga, situé aux environs de la capitale. L'architecte Olof Tempelman (1745-1816) y collabora avec le décorateur français Louis Masreliez (1747-1810), qui propagea en Suède la mode du style Louis XVI.

Les œuvres du xixe s. cèdent, comme ailleurs, à un goût composite. Plus intéressantes sont les réalisations du xxe s. : le nouvel hôtel de ville, bâti entre 1911 et 1923 par Ragnar Östberg (1866-1945), un peu trop vénitien, mais de belles proportions ; la bibliothèque municipale (1928) de Gunnar Asplund (1885-1940) ; depuis la Seconde Guerre mondiale, les travaux d'urbanisme de Sven Markelius (1889-1972), maître d'œuvre de la ville satellite de Vällingby.

Les musées de Stockholm sont d'un grand intérêt. Outre les différents musées consacrés aux antiquités nationales, au folklore (Musée nordique, musée de plein air de Skansen), aux arts suédois et européens (Musée national), à l'art moderne, au sculpteur Carl Milles, il faut citer des réalisations originales, comme le musée d'Extrême-Orient ou le musée Wasa, où sont exposés les objets trouvés au cours de fouilles sous-marines et provenant d'un vaisseau naufragé en 1628, aujourd'hui reconstitué.