En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saint-Étienne

Chef-lieu du département de la Loire, à 517 m d'altitude, à 462 km au S.-S.-E. de Paris et à 59 km au S.-O. de Lyon.

  • Population : 174 566 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Stéphanois
  • Population pour l'agglomération : 371 728 hab. (recensement de 2009)

GÉOGRAPHIE

L'agglomération est articulée selon trois vallées : vallée du Furan (Saint-Étienne proprement dit), vallée de l'Ondaine (La Ricamarie, Le Chambon-Feugerolles, Firminy, Fraisse, Unieux) et la vallée du Gier (Saint-Chamond, L'Horme, La Grand-Croix, Lorette, Rive-de-Gier). Le front de croissance urbaine avance en direction de la plaine du Forez : Andrézieux-Bouthéon, Saint-Just-Saint-Rambert. Très tôt l'exploitation de la « trilogie hercynienne », eau, forêt, mine (charbon extrait à Terrenoire dès 1296), a conféré à Saint-Étienne une vocation artisanale et manufacturière. La révolution industrielle renforce cette situation en faisant l'une des plus précoces aires industrielles du pays, autour de trois spécialisations majeures : charbon, métallurgie, textile, aujourd'hui toutes trois frappées à la fois par la crise économique et la crise technologique. L'extraction houillère a cessé en 1983. La métallurgie a dû accentuer sa diversification : aux productions d'armes et d'armements, en difficulté, se sont ajoutées (et renforcées) les spécialisations de la machine-outil, tandis que la mécanique générale et de sous-traitance automobile se diversifiait aussi. Les secteurs, moins fragiles, de l'électronique, de l'optique, le travail des matières plastiques attestent d'un effort d'enrichissement de la fonction industrielle, qui aurait été impossible sans une expansion du secteur tertiaire, aspect le plus évident de l'évolution économique récente marqué par l'implantation d'une université. Ce déploiement du secteur tertiaire et l'effet de modernisation industrielle ont provoqué les transformations morphologiques de la ville et de l'agglomération. Les 50 kilomètres d'autoroute de Firminy à Givors ont bouleversé l'infrastructure de circulation et réalisé un désenclavement, tandis que la réorganisation des transports publics accompagnait la modernisation du tissu urbain. Évêché.

BEAUX-ARTS

Le musée d'Art et d'Industrie, installé dans ses locaux actuels en 1856, comporte, à côté de collections historiques et artistiques, une vaste section technique (armes, cycles, métiers à tisser, etc.). Le musée d'Art moderne, municipal comme le précédent (dont il est issu) et inauguré en 1987, possède l'un des fonds les plus cohérents de France pour l'art des années 1950 à aujourd'hui.