En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saint-Michel

Commune de l'Aisne, à la lisière de la forêt d'Hirson-Saint-Michel, non loin de la frontière avec la Belgique.

  • Population : 3 594 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Saint Michellois

LE DOMAINE ABBATIAL

Un des rares monastères intacts de la région, l'abbaye Saint-Michel a conservé, malgré les guerres et les incendies, l'intégrité originelle du plan bénédictin qui fait toute sa pureté.

HISTOIRE

L'abbaye fut fondée en 945 par des moines irlandais sur un lieu de pèlerinage qui existait depuis le viie s. Incendiée en 1170 et en 1173 par les hommes de Jacques d'Avesnes, seigneur de Guise, elle fut reconstruite à la fin du xiie s. À nouveau brûlée en 1542 par les troupes de Charles Quint, elle tomba dans l'oubli. Sa façade fut reconstruite au début du xviie s. par un Vénitien, l'abbé Jean-Baptiste de Mornat, qui restaura l'abbaye. En 1715, un autre incendie entraîna la réfection du cloître en brique et en pierre. La Révolution épargna le monastère, mais l'église devint bien communal en 1789. Elle fut convertie en verrerie, puis en filature de coton, enfin en fabrique de chaussures, qui ne fut fermée qu'en 1952.

En 1971, après avoir échappé aux deux guerres mondiales, l'édifice fut ravagé une fois de plus par un violent incendie. Une longue campagne de restauration fut alors entreprise.

Quoique maintes fois restauré, le monastère a gardé le tracé initial du modèle bénédictin. En effet, les maîtres d'œuvre qui se sont succédé ont cherché à respecter ce qui n'avait pas été détruit. De là provient l'unité des lignes et des formes de l'ensemble, où les influences de trois époques (fin du xiie s., xviie s. et xviiie s.) se marient avec bonheur.