En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Saint-Denis (93200)

Tombeau de Dagobert Ier
Tombeau de Dagobert Ier

Chef-lieu d'arrondissement de la Seine-Saint-Denis, banlieue nord de Paris.

  • Population : 107 959 hab. (recensement de 2010)
  • Nom des habitants : Dionysiens

La ville, siège des très anciennes foires du lendit, est un centre industriel (métallurgie ; constructions mécaniques et électriques ; produits chimiques et alimentaires, etc). Un centre tertiaire (sièges sociaux de société, audiovisuel) s'est développé récemment dans le quartier de la Plaine-Saint-Denis. L'université Paris-VIII est située dans le nord de la ville. Institut de formation des restaurateurs d'œuvres d'art (I.F.R.O.A.). Stade de France. Académie nationale contemporaine des Arts du Cirque – Annie Fratellini. Musée d'orfèvrerie. Évêché. Au sud de l'église s'élèvent les anciens bâtiments monastiques, reconstruits au xviiie s. sous la direction de R. de Cotte et de J. V Gabriel. Ils abritent depuis 1809 une maison d'éducation de la Légion d'honneur. La ville est englobée dans la communauté d'agglomération de Plaine-Commune.

BEAUX-ARTS

L'abbaye, qui doit son nom à saint Denis, premier évêque de Paris, et qui devint la nécropole des rois de France, fut fondée à l'époque mérovingienne (viie s.). Elle connut un grand essor grâce à Suger, qui en fut abbé à partir de 1122 et sous la direction duquel débuta l'édification de l'église actuelle. La basilique, aujourd'hui cathédrale, est le premier monument gothique par ce qui en demeure du temps de Suger : façade (1140 ; mutilée), crypte et rez-de-chaussée du chœur (1144), à double déambulatoire et chapelles rayonnantes (vitraux). La construction, reprise en 1231, poursuivie dans le style rayonnant (triforium à claire-voie) avec un ample transept fait pour recevoir les sépultures royales, fut achevée en 1281. Malgré les destructions de la Révolution et grâce aux réaménagements et ajouts postérieurs, la basilique présente un ensemble unique de monuments funéraires, des gisants de Childebert et de Frédégonde (sculptés au xiie s. pour Saint-Germain-des-Prés) et du tombeau adossé de Dagobert (à quatre registres sous arc et gable, xiiie s.) au riche groupe de la Renaissance, comprenant, entre autres, les ensembles architecturés des tombeaux de Louis XII et Anne de Bretagne, de François Ier et Claude de France, d'Henri II et Catherine de Médicis, ce dernier primitivement destiné à la « rotonde des Valois » — chapelle restée inachevée et qui fut démolie au xviiie s. La ville possède un musée d'Art et d'Histoire (ancien couvent des carmélites, xviie et xviiie s.).