En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.
En savoir plus
Identifiez-vous ou Créez un compte

chimpanzé

Chimpanzé
Chimpanzé

Une légende africaine veut que le chimpanzé soit si agile qu'il peut rivaliser avec les oiseaux et atteindre des hauteurs vertigineuses, même si c'est en grimpant en haut d'un arbre et non pas en volant... Au xxe siècle, ce n'est pas aux oiseaux mais à l'homme que ce singe est comparé le plus fréquemment.

1. La vie du chimpanzé

1.1. Des groupes libres au sein d'une communauté

Les chimpanzés vivent en communautés d'au moins une vingtaine d'individus (jusqu'à une centaine ou plus) ; ils occupent un territoire, qu'ils défendent contre les voisins. Non pas par des barrières naturelles, mais par des frontières que les chimpanzés se transmettent d'une génération à l'autre. Dans les milieux les plus favorables (la forêt dense humide), les chimpanzés sont plutôt sédentaires : une petite dizaine d'individus se partagent une vingtaine de kilomètres carrés, dont ils ne couvrent qu'un dixième par jour. Dans les savanes sèches, à la périphérie est et ouest de leur aire de répartition, ils deviennent de vrais nomades : un groupe peut – d'un campement à l'autre – occuper une surface de plus de 700 km2.

À l'intérieur du groupe, chaque mâle a accès indifféremment à toutes les femelles pour la reproduction, ce qui ne l'empêche pas de poursuivre aussi celles des groupes voisins qui sont réceptives. Il arrive souvent que plusieurs mâles s'accouplent successivement avec la même femelle. Huit fois sur dix, c'est le mâle qui s'approche de la femelle ; elle lui présente l'arrière-train et se fait monter immédiatement sans qu'il y ait aucune parade sexuelle, mais il arrive parfois que ce soit la femelle qui prenne l'initiative, en se mettant en posture d'accouplement devant un mâle, qui s'exécute aussitôt (et en quelques secondes...).

Une société hiérarchisée

Chaque groupe est le maître sur son domaine vital. Si des étrangers s'y introduisent, il les chasse en poussant des cris, frappant sol et arbres, agitant des branches, etc. Mais il arrive que les domaines vitaux de groupes voisins empiètent l'un sur l'autre. La situation se règle alors grâce à la hiérarchie, car les groupes ne sont pas égaux entre eux : un groupe avec beaucoup de mâles adultes domine celui qui en compte peu. Ainsi, dans les zones où deux territoires se superposent, le groupe dominant est prioritaire sur le groupe dominé. Le second évite la zone lorsque le premier s'y trouve, ou la quitte sans bruit dès qu'il entend le groupe dominant approcher. De la même façon, à l'intérieur d'un groupe, il existe une hiérarchie stable entre les mâles adultes. Cela dit, comme la composition des groupes est très variable, quand les animaux se rencontrent, les relations de dominance sont moins bien établies que chez d'autres singes : le plus souvent, si deux individus se croisent sur une branche, le dominé s'écarte devant le dominant, ou bien le touche doucement sur les lèvres, la cuisse ou les régions génitales, pour faire acte de soumission.

Comme ils font leurs nids, ils se couchent

Dans la journée, les chimpanzés parcourent leur territoire à terre ou dans les arbres, mais, la nuit, ils nichent dans les arbres, entre 6 et 30 m au-dessus du sol. Chacun – sauf les jeunes, qui dorment avec leur mère – construit son propre nid chaque soir, avec des grosses branches et un confortable matelas de feuilles, près de l'endroit où il s'est nourri, ou bien réutilise un nid construit antérieurement.

Un territoire plus ou moins vaste

Un territoire plus ou moins vaste



Chaque communauté vit sur un territoire bien délimité. À l'intérieur de la communauté, les chimpanzés peuvent être solitaires 10 à 20 % du temps. À d'autres moments, ils se regroupent en petites unités qui se séparent ou se rassemblent, au gré des circonstances. Leur composition est très variable : ils peuvent être mixtes, formés d'adultes et de jeunes, ou bien uniquement composés de mâles adultes, ou encore strictement féminins, avec ou sans petits. Les animaux solitaires sont toutefois plus souvent des mâles.

1.2. L'épouillage, un rituel qui entretient l'amitié

On voit souvent deux ou trois chimpanzés ensemble, qui fouillent longuement la fourrure des autres et mangent ce qu'ils y trouvent. Au départ, l'épouillage était uniquement destiné à débarrasser l'animal des parasites qui encombrent son pelage, en particulier dans les parties de son corps qu'il ne peut atteindre lui-même. Aujourd'hui, plus qu'une mesure d'hygiène, c'est devenu un rituel, qui entretient l'amitié. Ce comportement occupe une grande place dans la vie sociale de tous les singes qui vivent au sein d'un groupe. Autre moment privilégié : quand ils s'informent les uns les autres, au moyen de cris. Les chimpanzés ont toujours un œil sur les voisins. Que l'un d'eux découvre un congénère ayant saisi une proie, il crie pour avertir les autres, qui s'approchent et quémandent leur part en poussant de petits cris. On a répertorié 23 cris différents ! (Le chimpanzé est un des animaux les plus bruyants de la forêt.) Chaque cri est associé à des grimaces, postures, gestes et mimiques diverses, qui vont du petit grognement de satisfaction accompagnant un repas au hurlement portant sur plusieurs kilomètres. Les cris que poussent les chimpanzés provoquent souvent des réponses de la part des autres membres du groupe ou des groupes voisins, créant alors un chœur qui domine toute la forêt, parfois pendant plusieurs dizaines de minutes.

1.3. Des outils pour se nourrir et se défendre

Le chimpanzé est l'animal qui sait le mieux utiliser des outils. Il s'en sert surtout pour se nourrir, de toutes les façons possibles : par exemple il ratisse une surface avec un bâton pour attraper une noix hors de portée de sa main. Plus compliqué : pour casser la coque d'un fruit dont il a envie, le chimpanzé utilise soit un morceau de bois si l'enveloppe du fruit est tendre, soit une pierre si elle est dure, et cela même si l'outil le plus approprié est hors de sa vue ! Il se souvient de l'endroit où se trouvent les meilleurs marteaux possible pour tel fruit, et parcourt 500 mètres, s'il le faut, histoire de ne pas écraser un fruit plutôt tendre avec un outil trop dur. Il pose alors la noix, si riche en matières grasses, sur une surface dure... et il a inventé l'enclume. Le chimpanzé sait aussi de quelle façon il faut manier une branche pour s'en servir comme d'un levier et détacher une fourmilière accrochée à une autre branche.

Mais le plus étonnant est qu'il sait fabriquer ce dont il a besoin : il sélectionne une branche longue et fine qui peut atteindre 60 cm de longueur puis l'effeuille pour pouvoir l'introduire dans la fourmilière. Il la ressort précautionneusement et la fait glisser entre ses lèvres ou entre ses doigts, pour retenir les insectes qui la recouvrent ; il n'a plus qu'à les avaler prestement, avant qu'ils ne le piquent !

Le chimpanzé ne boit pas très souvent, car il trouve la plus grande partie de l'eau dont son organisme a besoin dans les fruits les plus pulpeux qu'il consomme. Il boit directement à la surface d'un ruisseau, ou bien trempe ses mains et lèche l'eau qui dégouline de ses doigts. Mais, quand il a très soif, il choisit une large feuille, qu'il utilise comme une cuillère. Ou bien il mâche une feuille jusqu'à la rendre poreuse, l'imbibe d'eau et la presse dans sa bouche comme si c'était une éponge !

Performances pour un animal

Le chimpanzé a encore d'autres cordes à son arc : pour se défendre, il prend une branche et en fait une lance ; une pierre, et elle devient un projectile...

En 1965, une expérience célèbre a été faite en Guinée : Adriaan Kortland a placé un léopard empaillé, un de leurs principaux prédateurs, près d'un groupe de chimpanzés. Dès que ceux-ci le virent, ils se dressèrent et, tout en poussant des cris d'intimidation, ramassèrent des bâtons qu'ils lancèrent avec beaucoup d'adresse en prenant soin de viser la tête et le dos du félin.

Le chimpanzé utilise aussi l'outil comme moyen de locomotion. Par exemple, il traverse l'eau sans se mouiller, grâce à un bâton, dont il se sert comme d'une canne pour franchir un ruisseau sur un pont naturel. Ou encore une large feuille devient chasse-mouches ou parapluie ; une brindille devient cure-dents ou Coton-Tige ; avec une feuille, il s'essuie le derrière en cas de diarrhée.

Les chercheurs se demandent pourquoi le chimpanzé n'a pas développé autant que l'homme sa capacité à utiliser l'outil. Il semblerait que ce soit lié au fait que le chimpanzé est un animal forestier et grimpeur, ce qui occupe ses quatre membres.

Une alimentation à base de fruits

Une alimentation à base de fruits



Le régime des chimpanzés se compose pour l'essentiel de fruits. Le chimpanzé étant ce qu'on appelle un animal opportuniste, il mange ce qu'il trouve. Son alimentation change donc selon les saisons et son régime fructivore se complète d'aliments variés : des végétaux (graines, feuilles, fleurs, tiges, écorces, y compris un peu de terre, pour faciliter la digestion) ou des animaux (insectes, oisillons, petits vertébrés). Éventuellement, il ne dédaigne pas la progéniture d'autres singes, mais, dans tous les cas, la part d'animaux (qui lui apporte les protéines) n'excède pas 4 % de ce qu'il mange.

1.4. Un petit très complice avec sa mère

Tous les primates sont nidicoles : c'est-à-dire que le petit naît à un stade de développement peu avancé, et qu'il dépend entièrement de sa mère pour survivre. Le bébé chimpanzé naît après une gestation de 4 mois. Il ne pèse que 1,7 kg. Il est très vulnérable et incapable de se déplacer seul. S'agripper est le seul réflexe qu'il possède ; aussi sa mère le porte-t-elle sous son ventre, mais, les premiers jours, elle doit le soutenir pendant ses déplacements pour ne pas le perdre. À 1 an, le petit chimpanzé est capable de grimper sur le dos de sa mère, qui le porte sur les épaules. Elle commence à le laisser de temps en temps, mais le récupère à la moindre alerte. Jusqu'à 2 ans, le petit alterne les moments où il est sur le dos de sa mère et ceux où il part seul à l'aventure, de plus en plus longtemps et de plus en plus loin.

L'apprentissage par le jeu

Le jeu n'aide pas seulement le petit à fortifier ses muscles mais aussi à connaître la vie, découvrir son environnement et les autres membres de la communauté. C'est à travers le jeu qu'il s'insère dans le groupe. Le singe qui n'a pas joué étant petit est un inadapté social. On a vu des animaux nés en captivité et élevés seuls : une fois adultes, ils n'étaient pas capables de communiquer correctement avec les autres, ne savaient pas trouver leur place dans la hiérarchie et n'arrivaient ni à courtiser les femelles ni à s'accoupler.

Dès ses premiers mois, le petit joue sans cesse avec sa mère, le matin, dans leur nid, ou pendant les siestes : elle le bouscule gentiment, le chatouille ou le boxe sans brutalité. Et lui, il tape sa mère, avec des feuilles ou ses propres pieds. C'est aussi en jouant qu'elle lui apprend à trouver sa nourriture. À 2 ans, le petit se nourrit presque entièrement d'aliments solides, mais sa mère peut continuer à l'allaiter pendant encore très longtemps, même si un autre petit vient à naître. Les liens mère-enfant persistent encore pendant plusieurs années, après qu'il est entré dans le stade juvénile. Dès lors, il va de plus en plus jouer avec les autres jeunes de son âge ou d'autres plus âgés et même avec des adultes qui ne sont pas ses parents. Parfois, les chimpanzés organisent de véritables crèches : une douzaine de jeunes singes ne sont encadrés que par une mère ou deux, avec ou sans leur propre petit. Les petits s'amusent à courir sur les branches, à se balancer, à sauter de l'une à l'autre. Entre eux, ce sont des bagarres, des poursuites, des simulacres de bataille avec des petites branches.

1.5. Adolescents à 9 ans

Vers 9 ans, avec la puberté, le chimpanzé devient adolescent. Il continue sa maturation, à la fois physique et comportementale. À cet âge, il est fréquemment seul, ou en compagnie d'adultes. Les liens maternels, qui se sont relâchés progressivement pendant l'enfance et l'adolescence, cessent brusquement vers 13 ans. À cet âge, le chimpanzé est un adulte. Le jeu est alors remplacé par les activités sociales des adultes, notamment l'épouillage mutuel. Chez les grands singes, l'allongement de la période de développement dépend de la longévité : le gibbon, adulte vers 9 ans, vit encore 30 ans, le chimpanzé, adulte à 13 ans, vit jusqu'à 40 ans.

Les chimpanzés adultes sont bienveillants ou indifférents envers leurs enfants. Les mâles adultes sont plus agressifs vis-à-vis des adolescents du même sexe, qui sont des rivaux en puissance. S'ils s'approchent trop, les jeunes mâles sont menacés et attaqués. Ils sont rejetés à la périphérie du groupe, jusqu'à ce qu'ils puissent tenir tête aux mâles les plus forts.

1.6. Milieu naturel et écologie

L'aire de répartition du chimpanzé diminue. Il y a une cinquantaine d'années, on en trouvait partout, de l'ouest à l'est, du Sénégal à la Tanzanie. Mais la forêt tropicale est en régression : l'homme étend sans cesse son territoire, détruisant la forêt sur son passage, si bien que, n'ayant plus d'habitat, le chimpanzé disparaît. Si l'on parle strictement en terme de surface, Pan troglodytes troglodytes et P. troglodytes schweinfurthi ont été peu touchés en Afrique centrale et de l'Est. Mais leur terrain est tout de même diminué de tous les côtés, surtout aux limites est et nord. À l'est, il n'y en a plus au Rwanda, ni au Burundi, de moins en moins en République centrafricaine, au Soudan et en Ouganda. Il n'y en a presque plus en Tanzanie. Il n'y a qu'en République démocratique du Congo, au Gabon, en Guinée-Équatoriale et au Cameroun qu'on en trouve encore en abondance. P. troglodytes verus, à l'ouest, est dans une situation critique. S'il vit encore dans neuf pays africains, il est devenu très rare et proche de l'extinction au Burkina Faso, au Ghana, en Guinée-Bissau et au Sénégal, et a disparu à l'état sauvage au Togo et en Gambie. Peut-être déjà éteinte au Bénin, l'espèce survit pour l'essentiel en Côte d'Ivoire, au Liberia, en Sierra Leone et au Mali.

P. t. vellerosus est la sous-espèce la plus menacée avec ses faibles effectifs estimés à moins de 6 500 individus et a le plus souffert de la réduction de son habitat. Si elle est à l'abri dans le Parc national de Gashaka-Gumti, au Nigeria, elle est souvent victime du braconnage dans les zones où elle n'est pas protégée.

La première cause de sa raréfaction est la déforestation : devant la montée démographique, de plus en plus de terres sont défrichées pour l'agriculture, les pâturages, les plantations industrielles, l'extraction minière ou la construction de routes. Les arbres sont coupés, pour fournir du bois précieux, de la pâte à papier ou simplement du combustible, qui est une source d'énergie bon marché pour beaucoup de populations pauvres. On estime que l'Afrique occidentale et centrale a perdu plus de 80 % de sa forêt originelle. Les forêts des extrémités est et ouest du continent ne sont déjà presque plus que des souvenirs. Dans les années à venir,  il ne restera qu'un seul bloc forestier important en Afrique tropicale : le bassin du fleuve Congo, où habite le bonobo. À la déforestation, il faut ajouter le braconnage, encore assez répandu, en vue de la capture de petits vivants et pour la viande vendue sur certains marchés. Enfin, le chimpanzé succombe également aux maladies infectieuses qu'il peut contracter par les contacts de plus en plus fréquents avec les hommes et leurs déchets, et a été atteint de plein fouet dans certaines régions par la fièvre hémorragique due au virus Ebola. Au cœur de la République démocratique du Congo, l'espace limité du bonobo, lui, s'est peu réduit de volume, sauf au sud. Mais le bonobo est tout de même en déclin dans de nombreuses localités. Il n'y a qu'au nord qu'on le trouve encore en abondance. Il reste, à l'état sauvage, entre 30 000 et 50 000 bonobos, et entre 172 700 et 299 700 chimpanzés communs (2003), selon des estimations à prendre toutefois avec précaution. Les deux espèces de chimpanzés sont menacées. Elles figurent dans la classe A des espèces totalement protégées prévue en annexe de l'African Convention on the Conservationof Nature and Natural Resources signée en 1968 par 40 États et ratifiée par 30 d'entre eux, dont le Cameroun, la République démocratique du Congo, la Côte d'Ivoire, le Congo, le Gabon, le Kenya, le Ghana, le Liberia, le Mali, le Mozambique, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie, l'Ouganda, le Togo et la Zambie. Les chimpanzés sont également inscrits à l'annexe I de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction) et classés dans la catégorie « en danger » par l'U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature) depuis 2007. En danger d'extinction, ils bénéficient d'une protection totale, que ce soit vis-à-vis de la chasse, de la capture, ou pour toute autre utilisation commerciale.

Le chimpanzé disperse les graines

Le chimpanzé commun, on l'a vu, occupe des habitats variés, allant de la savane buissonnante à la forêt dense humide. Le climat le plus sec qu'il fréquente se trouve aux limites nord et est de sa zone de répartition. Il vit alors dans une savane plus ou moins riche en arbres. Ailleurs, dans les régions plus arrosées, il occupe tous les types de forêts, que celles-ci soient primaires (vierges), dégradées – à tous les stades d'évolution – ou inondées. Sa préférence va à la forêt secondaire, c'est-à-dire celle qui a repoussé après avoir été coupée. On le trouve aussi sur tous les types de relief, du bord de la mer jusqu'à 3 000 m d'altitude à la frontière  ougando-congolaise, sur le mont Ruwenzori.

Le bonobo, lui, est un animal exclusivement forestier et qui ne fréquente que les plaines. Mais, comme l'autre espèce, il occupe divers types de forêts – forêts primaires, ou forêts secondaires à sous-bois dense ou saisonnièrement inondées. Lui aussi marque une nette préférence pour les forêts secondaires.

Comme les deux espèces se nourrissent essentiellement de fruits, les chimpanzés jouent un rôle important dans la dissémination des graines. Au Gabon, dans les années 70, les chercheurs français Annette et Marcel Hladik ont recense près de 150 espèces végétales dont les fruits, feuilles ou fleurs étaient mangés par les chimpanzés ; un tiers étaient des lianes. Ils ont donc un rôle négatif sur la végétation, puisqu'ils prélèvent des quantités non négligeables de graines et de jeunes pousses, mais ils le compensent car ils avalent les graines des fruits, puis, allant un peu plus loin, les libèrent dans leurs fèces. Ils contribuent ainsi à la dispersion des plantes dont ils se nourrissent, participent au renouvellement de la forêt et au maintien de la diversité chez les végétaux. Toutefois, l'action du chimpanzé n'a pas été étudiée assez en détail pour savoir si, au bout du compte, il rend plus de services qu'il ne cause de dommages : on ne sait pas, par exemple, si, comme l'éléphant, il est indispensable à certaines plantes dont les graines, sans lui, ne pourraient être disséminées...

À l'occasion, le chimpanzé est aussi un prédateur de petits vertébrés. Il est capable alors de piller des nids d'oiseaux ou de capturer de petites antilopes, des jeunes rongeurs ou des petits d'autres singes, comme le babouin.

Les proies sont le plus souvent attrapées par surprise, par des individus isolés. En général, il n'y a pas de technique de chasse précise, ni de collaboration entre deux ou plusieurs chimpanzés pour attraper une proie. C'est plutôt le hasard qui détermine la proie : ainsi, le jeune babouin, le colobe ou le cercopithèque (un singe à longue queue) est attaqué lorsqu'il se déplace ou se nourrit dans les arbres fruitiers, au cours d'une rencontre inopinée avec un chimpanzé.

Le chimpanzé peut également se comporter en parasite. Au Gombe, en forêt de Tanzanie, où travaille la célèbre primatologue Jane Goodall, la forêt est mélangée à la savane. Chimpanzés et babouins y cohabitent en bon voisinage. Les chercheurs ont vu des chimpanzés voler leur proie à des babouins. À la grande surprise des scientifiques, les babouins ne réagissaient pas, alors qu'ils ont des canines capables de tenir en respect une panthère. Ni les vols, ni les meurtres n'empêchent les jeunes babouins et les jeunes chimpanzés de jouer ensemble.

Ennemis du chimpanzé ?

On peut se demander si les chimpanzés ont des prédateurs. On n'a jamais vu quiconque les attaquer. Cependant, les observations d'Adriaan Kortland ont montré quelle réaction de panique une panthère – même empaillée – était capable de déclencher chez eux ; donc les prédateurs de chimpanzés sont à rechercher parmi les plus gros animaux de la forêt. Outre la panthère, il est possible que des serpents ou des gros rapaces s'attaquent aux chimpanzés, surtout aux jeunes, quand ils sont laissés un moment sans surveillance. Dans la nature, on n'a jamais observé de réaction très violente lorsqu'un chimpanzé a croisé quelque animal que ce soit, ce qui tend à prouver qu'il n'y en a aucun qui soit très craint par eux. En fait, comme pour beaucoup d'espèces animales, le premier ennemi du chimpanzé est sans conteste... l'homme.

2. Chimpanzé commun (Pan troglodytes)

Il existe actuellement deux espèces de chimpanzés : le chimpanzé commun, le plus courant, ou Pan troglodytes, et le bonobo (Pan paniscus), ou chimpanzé pygmée.

Les chimpanzés sont bien adaptés à la vie arboricole : corps svelte, bras longs et puissants, pouces des mains et des pieds opposables aux autres doigts. Dans les arbres, ils se déplacent le plus souvent à quatre pattes sur les branches. Sinon, ils se suspendent par les mains, avançant chacun des bras alternativement : c'est la brachiation. Le chimpanzé a un mode de locomotion mixte, terrestre et arboricole. La recherche de nourriture s'effectue essentiellement dans les arbres, mais les déplacements supérieurs à une cinquantaine de mètres, pour aller d'un arbre porteur de fruits à un autre, s'effectuent au sol. Mais, même là, la marche bipède est rarement pratiquée, et la course est occasionnelle. Au sol, ils marchent en prenant appui sur leurs pieds posés à plat, et aussi sur le dos des doigts des mains.

Vernon et Frances Reynolds, qui les ont observés en Ouganda, sont d'accord avec Jane Goodall, qui les a étudiés en Tanzanie, pour dire que les chimpanzés passent de 50 à 70 % de leur journée dans les arbres. Ils y font même souvent la sieste (et y passent la nuit, dans des nids).

Les aptitudes sensorielles des chimpanzés sont semblables à celles de l'homme : l'odorat est très peu développé et la vue prédomine. Comme chez tous les primates, les yeux ont une position très antérieure. Ils ont migré, au cours de l'évolution, vers l'avant de la tête, ce qui a permis la vision en relief. En même temps, les parties du cerveau correspondant se sont développées. Les primates diurnes ont aussi acquis la vision des couleurs et celle du relief. Cela aide les doigts agiles des singes à parvenir à des manipulations délicates. Elle est également très précieuse pour évaluer les distances, ce qui est essentiel à des animaux se déplaçant dans les arbres.

Le chimpanzé, comme les autres grands singes, est remarquable par le grand développement de son cerveau. Le volume de la boîte crânienne est d'environ 360 cm3 (500 chez les gorilles ; 1 400 chez l'homme). Mais, le poids relatif du cerveau n'est pas un critère d'intelligence, car, en proportion, le cerveau est plus lourd chez les petits singes que chez les grands. Ce grand développement du cerveau permet au chimpanzé une vie sociale très riche. Il lui permet également de résoudre des problèmes quelquefois complexes, notamment en utilisant des outils.

Le chimpanzé commun a 32 dents, comme les autres singes anthropoïdes et l'homme. Elles sont assez peu spécialisées.

Les incisives ont une forme de spatule, alors que les molaires ont des pointes, ou cuspides, très peu marquées. Ces formes de dents sont liées à leur régime végétarien et à prédominance frugivore, qui ne requiert pas d'adaptation poussée. Pour la même raison, la mâchoire du chimpanzé est peu développée, par rapport à celle du gorille, par exemple.

Le dimorphisme sexuel est peu prononcé : les mâles sont plus grands et plus lourdement bâtis. Ils ont également des canines plus grandes que celles des femelles, qui leur servent lors des combats ; ils peuvent ainsi s'infliger des blessures parfois mortelles. Les femelles qui ont des jeunes avec elles sont beaucoup plus sédentaires que les mâles. Les naissances sont relativement rares, car l'espèce est peu prolifique.

2.1. Quatre ou deux sous-espèces ?

Le chimpanzé commun est lui-même divisé en quatre sous-espèces, qui n'ont pas de nom français. La première, Pan troglodytes troglodytes, la plus courante, a le visage rosé, qui ne devient noir qu'en vieillissant. Ce chimpanzé devient chauve très jeune, et les mâles possèdent une barbe réduite. On le trouve généralement depuis le sud-est du Nigeria à l'ouest du fleuve Congo et de l'Oubangui.

La seconde est Pan troglodytes verus dont la partie inférieure du visage est claire : les mâles possèdent une véritable « barbe » avec des poils plus longs et plus fournis sur la gorge ; leur front se dégarnit avec l'âge. Cette sous-espèce vit en Afrique de l'Ouest, au Burkina Faso, en Côte d'Ivoire, au Ghana, en Guinée et Guinée-Bissau, au Liberia, au Mali, au Sénégal et en Sierra Leone. C'est la plus rare et la plus menacée (environ 15 000).

La troisième est Pan troglodytes vellerosus, au Cameroun et au Nigeria.

Enfin, Pan troglodytes schweinfurthi a le visage sombre, des poils denses sur la tête, même chez les vieux individus. On le trouve à l'est de l'aire de répartition de l'espèce, c'est-à-dire au nord du fleuve Congo, de l'Oubangui aux grands lacs. Cependant, comme il existe d'une façon générale de grandes variations morphologiques entre individus, ces quatre sous-espèces restent assez mal définies et des études génétiques récentes suggèrent soit de les réduire à deux clades principaux, P. t. vellerosus en Afrique de l'Ouest et P. t. troglodytes en Afrique centrale et orientale (Gonder et al. 2006), soit que ces variations sont trop infimes pour justifier cette différenciation (Fischer et al. 2006). Mais le maintien de cette division se justifie par les mesures de conservation à prendre pour protéger l'espèce.

CHIMPANZÉ COMMUN

CHIMPANZÉ COMMUN

Nom (genre, espèce) :

Pan troglodytes

Famille :

Pongidés

Ordre :

Primates

Identification :

Silhouette de grand singe sans queue ; allure svelte ; bras plus longs que les jambes ; pelage noir, absent sur la race ; haut de la tête arrondi, oreilles grandes et décollées

Taille :

De 75 à 95 cm : mâle ; de 70 à 85 cm : femelle

Poids :

Dans la nature, de 40 kg pour le mâle, 30 kg pour la femelle ; en zoo, jusqu'à 90 kg pour les mâles, 80 kg pour les femelles

Répartition :

Ouest et centre de l'Afrique équatoriale au nord du fleuve Zaïre, de la Guinée-Bissau à la Côte-d'Ivoire et du Gabon aux grands lacs est-africains

Habitat :

Forêt humide, forêt sèche et savane boisée en bordure de l'aire de répartition, forêt de montagne jusqu'à 2 000 m

Régime alimentaire :

Principalement frugivore, également insectivore, occasionnellement feuilles ou petits mammifères

Structure sociale :

Communautés de plusieurs dizaines d'individus, éclatées en groupes lâches de taille et de structure variées, fluctuant au cours du temps ; territorial

Maturité sexuelle :

11-13 ans

Nombre de jeunes par portée :

1 tous les 3-4 ans

Sevrage :

2-3 ans, mais le jeune garde des liens avec sa mère pendant plusieurs années après le sevrage

Saison de reproduction :

Toute l'année

Gestation :

De 230-240 jours (4 mois)

Longévité :

40-45 ans

Effectifs :

Entre 172 700 et 299 700 individus ; tendance à la baisse

Statut :

Classé « en danger » par l'U.I.C.N. (Union internationale pour la conservation de la nature). Inscrit en Annexe I de la Cites (Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction) et dans la classe A des espèces menacées dans l'African Convention on the Conservation of Nature and Natural Resources de 1968 (protection totale)

 

2.2. Signes particuliers

Pelage et calvitie

Le pelage du chimpanzé est noir et souvent long – d'aspect assez grossier –, mais peu dense, en particulier sur la poitrine. Les variations de couleur peuvent être importantes d'un animal à l'autre. Le visage, les oreilles et les doigts sont nus. La face, de rosé à gris chez les jeunes, a tendance à s'assombrir chez les plus âgés, qui sont d'ailleurs souvent atteints de calvitie : les poils disparaissent sur le front.

Callosités fessières

Comme chez les macaques ou chez les babouins, la femelle chimpanzé a la peau des fesses nue et rosée. Celle-ci se gonfle, et sa couleur s'intensifie, quand la femelle est prête à s'accoupler. C'est un véritable signal pour les mâles adultes. Les fesses retrouvent progressivement leur aspect habituel en couleur et en volume après la fécondation ou la menstruation.

Pieds et mains

Pieds et mains ont cinq doigts ; les pouces des quatre membres sont devenus opposables aux autres doigts, ce qui fait que – contrairement à l'homme – leurs pieds, tout autant que leurs mains, sont capables de prendre. Ainsi, les pieds peuvent servir à maintenir une tige, pendant que les mains y cueillent un fruit. Et le chimpanzé dispose de quatre pinces pour se déplacer dans les arbres. Trait typique d'une grande majorité des primates : au lieu d'avoir des griffes – qui sont très solides mais aussi très épaisses –, ils ont des ongles, ce qui contribue à les rendre habiles de leurs mains... et de leurs pieds dans la manipulation d'objets, même petits.

3. Bonobo (Pan paniscus)

La deuxième espèce est le chimpanzé pygmée, ou nain, dit bonobo (Pan paniscus). Les deux premiers noms lui conviennent mal, car il n'est pas plus petit que son cousin, seulement plus légèrement bâti. Son visage est plus longiligne, ses membres plus allongés. Son pelage et sa face sont complètement noirs. Le bonobo ressemble beaucoup au chimpanzé commun, à la fois par sa morphologie et par ses mœurs. Il n'a été érigé au rang d'espèce qu'au début du xxe siècle : en 1929, le zoologiste allemand Ernst Schwartz, examinant un crâne de chimpanzé au musée du Congo belge, lui trouva une forme inhabituelle et, un peu hâtivement peut-être, en conclut qu'il avait affaire à une nouvelle espèce. Cependant, ce n'est pas non plus une erreur, puisque son observation fut confirmée par la suite, après examen de spécimens qui appartenaient à des musées de nombreux pays. C'est une espèce rare. On ne la trouve qu'à l'ouest de la République démocratique du Congo, dans la grande boucle que forme le fleuve Congo. Les deux espèces de chimpanzés ne se mélangent donc pas. Le chimpanzé commun vit dans des habitats variés, humides et boisés dans le meilleur des cas, mais pas forcément. Le bonobo, lui, a un habitat plus spécialisé, puisqu'il n'occupe que la forêt dense humide de plaine. Ce qui, de fait, change sa façon de se nourrir : comme le bonobo vit dans un milieu plus riche, il ne passe que 30 % de son temps à manger, là où son cousin passe déjà 40 % du sien dans les régions les plus favorisées comme le parc de Gombe, en Tanzanie. Et le bonobo n'utilise pas d'outils, tant la nourriture est abondante.

Les effectifs actuels sont estimés entre 29 500 (1997) et 50 000 (2001) individus, répartis sur environ 350 000 km2. On estime cependant que d'ici 2045 sa population aura diminué de plus de 50 % par rapport aux années 1970. Les bonobos – comme les autres chimpanzés – vivent en communautés qui se scindent en petits groupes ; cependant, comme ils vivent dans un milieu moins changeant, là aussi, les sous-groupes sont de taille et de composition moins variables. Les groupes unisexués (composés soit uniquement de mâles, soit uniquement de femelles) sont très rares.

Une vie sexuelle débridée

Les chercheurs expliquent ces différences en partie par le comportement sexuel : chez le bonobo, les femelles sont en œstrus, c'est-à-dire prêtes à s'accoupler, presque toute l'année, ce qui encourage les mâles à rester tout le temps près d'elles. Par rapport à son proche cousin, le bonobo a une activité sexuelle débridée : chez le chimpanzé commun, la période d'accouplement ne dure que quelques jours, au milieu de chaque cycle de la femelle, alors que les bonobos s'accouplent même quand la femelle n'est pas réceptive. Cette espèce s'accouple souvent face à face, ce qui – à part chez les baleines... et l'homme – est rare chez les mammifères. Le chimpanzé commun, lui, adopte la position dorso-ventrale.

D'une façon générale, les liens entre individus sont plus forts chez le bonobo.

Le bonobo se rencontre très rarement dans les zoos, où il se reproduit difficilement.

4. Origine et évolution du chimpanzé

Le chimpanzé est plus proche de l'homme que n'importe quel autre grand singe vivant aujourd'hui. À l'échelle de l'évolution, les primates sont récents. Alors que les mammifères existent depuis au moins 200 millions d'années, les ancêtres des singes ne sont apparus qu'au début de l'ère tertiaire, il y a environ 60 millions d'années. D'Amérique du Nord ils se sont répandus en Europe, en Asie, en Afrique, et enfin en Amérique du Sud, mais plus tard. Les premiers primates n'avaient pas grand-chose à voir avec l'homme. Ils descendaient des insectivores (aujourd'hui : hérissons, musaraignes, taupes) et ressemblaient plutôt à l'actuel tupaïe (sorte d'écureuil au museau allongé, qui forme une classe à part, à mi-chemin entre les insectivores et les primates), ou au microcèbe, lémurien qu'on trouve à Madagascar et qui ressemble à une grosse souris.

Les primates actuels sont répartis en deux groupes : les prosimiens, primates inférieurs très répandus à Madagascar, et les simiens, les singes proprement dits.

Parmi ceux-ci, les grands singes, ceux qui ressemblent le plus à l'homme, sont appelés singes anthropomorphes ou anthropoïdes. Ce sont le chimpanzé, le gorille, le gibbon et l'orang-outang. Ils se sont différenciés encore plus tard, à la fin du tertiaire, il y a 20 millions d'années. On a retrouvé de nombreux fossiles de ces ancêtres, en Europe, et surtout en Afrique, qui est le berceau de l'homme. Ils ont pour nom pliopithèque, limnopithèque, ou, plus proche de nous, kenyapithèque, qui vivait il y a 10 millions d'années au Kenya.

En ce qui concerne l'ancêtre du chimpanzé, on se perd en conjectures pour savoir si c'est le singe fossile, trouvé lui aussi au Kenya et appelé « Proconsul » (il date de 20 millions d'années ; c'est Hopwood, en 1933, qui l'a décrit ; aujourd'hui, on dit plus volontiers le Dryopithecus africanus) ou bien un autre Dryopithecus, mais pas africain, celui-là, puisqu'on l'a trouvé en Europe. Cet ancêtre européen date d'ailleurs sensiblement de la même époque.

Aujourd'hui, tous les grands singes ont une aire de répartition restreinte : on ne les trouve que dans les grands massifs forestiers équatoriaux, qui rétrécissent dangereusement, en Afrique comme en Asie. Voilà pourquoi les chimpanzés, hôtes d'élite des forêts africaines, diminuent de jour en jour. Jusqu'à l'extinction ?

5. Le chimpanzé et l'homme

L'homme a toujours été fasciné par le chimpanzé, un singe plus proche encore de lui que le gorille. Il a voulu se l'approprier comme animal de compagnie, de cirque ou de laboratoire. Heureusement, la concertation internationale a mis en place des mesures pour sauver ce parent si cher.

5.1. Des chimpanzés qui parlent

Le chimpanzé en captivité a fait l'objet de nombreuses études américaines sur le langage, dans les années 1970. Les Gardner ont appris à « Washoe » le langage des sourds-muets. Premack a travaillé avec son « sujet » Sara un autre langage symbolique, à partir de morceaux de plastique non figuratifs ; Sara arrivait à former de vraies phrases. Enfin, le chimpanzé de Rumbaugh devait « parler » en pianotant sur un clavier, dont les touches portaient également des symboles. Ces expériences montrent que les chimpanzés parviennent à tenir de véritables conversations et à enseigner leur nouveau langage à leurs bébés. Ils peuvent aussi manier l'abstraction. Sara, par exemple, fait le lien entre une forme géométrique (triangle bleu) et l'objet qu'elle désigne (une pomme).

5.2. Des centres de rééducation à la vie sauvage

À partir de la fin des années 1960, le maintien en captivité ou l'utilisation à des fins de recherche médicale de jeunes chimpanzés devinrent de plus en plus en plus contestés et légalement encadrés, tandis que les propriétaires privés se trouvèrent également pris au dépourvu quand leur « animal de compagnie » atteignait un âge adulte. Avec les dons de chimpanzés à des zoos ou leur confiscation, se posa alors le problème de la très difficile réadaptation de ces chimpanzés. Des tentatives de réintroduction dans la nature furent ainsi entreprises. La réacclimatation des chimpanzés à la vie sauvage est un travail de longue haleine ; en Gambie, elle se déroule en deux étapes. Les singes sont d'abord maintenus par petits groupes dans des cages spacieuses. Ils sont conduits deux fois par jour en forêt, où on doit tout leur apprendre : comment se nourrir, se défendre, et, pour les mères, comment élever leurs petits. À l'issue de cette première étape, les pensionnaires sont relâchés par groupes. En Gambie, cela a lieu sur des petites îles dépourvues de chimpanzés sauvages, pour éviter que les résidents n'attaquent les nouveaux venus. Ainsi, les chimpanzés apprennent petit à petit à retrouver un comportement normal, au contact les uns des autres. Actuellement, le Chimpanzee Rehabilitation Trust , fondé en 1969 par la chercheuse Stella Brewer Marsden (1951-2008) en Gambie, héberge 76 chimpanzés. L'opération est un succès, car, après une première naissance en 1975, les animaux s'y reproduisent régulièrement. Le seul défaut, c'est que ces opérations coûtent très cher. Pour trouver d'autres fonds que ceux donnés par des sociétés scientifiques ou de protection de la nature (WWF), le centre fait appel au parrainage de particuliers, qui représente aujourd'hui sa première source de revenus.

Outre l'expérience gambienne, il y a des centres de réinsertion en Ouganda, au Gabon et au Liberia. Le premier d'entre eux fut créé dès 1966, quand 17 chimpanzés originaires du zoo de Francfort ont été relâchés sur une petite île ougandaise du lac Victoria.

Le bonobo ayant été relativement mieux « épargné » que son cousin, il n'y avait jusque dans les années 1970 aucune zone protégée pour l'aider à se défendre. En 1970, le Parc national de la Salonga a été créé dans le bassin central du Congo. D'une superficie de 36 560 km², cette « réserve naturelle intégrale » est la plus grande étendue de forêt dense humide protégée d'Afrique et la seconde au monde après le Parc de Tummucamaque au Brésil. Elle a dû cependant être déclarée patrimoine naturel en danger par l'Unesco dès 1999, à la suite de la guerre civile, tandis que la mission d'évaluation, dépêchée sur place en 2007, s'est inquiétée des insuffisances des institutions locales et de l'autorité de gestion, l'Institut Congolais pour la Conservation de la Nature, pour lutter contre le braconnage et surveiller un territoire d'une telle ampleur. Deux autres zones protégées ont été créées en 2006 : la Réserve de faune de Lomako-Yokolola et la Réserve naturelle de Tumba-Lediima, tandis que d'autres encore devraient voir le jour. Mais les espèces animales ne pourront y être protégées que si les populations sont sensibilisées à cette cause, ce que tente notamment de faire le sanctuaire Lola Ya Bonobo qui accueille 15 000 visiteurs par an, dont une moitié d'écoliers.

La recherche biomédicale au secours des chimpanzés

La recherche biomédicale au secours des chimpanzés



Avec 90 % de patrimoine génétique commun, le chimpanzé est très proche de l'homme. Il est donc devenu un outil très précieux pour les scientifiques qui travaillent dans la recherche biomédicale. Il a contribué à la mise au point des vaccins contre la poliomyélite et la tuberculose. Actuellement, il participe – bien malgré lui – aux recherches pour des vaccins contre l'hépatite ou le paludisme, et pour améliorer les techniques de greffes...

Heureusement, la recherche progresse vers de nouvelles méthodes : on peut, à partir d'un petit nombre de cellules prélevées sur un organisme, faire se maintenir et se multiplier des cellules en éprouvette.

Certains chercheurs se lancent actuellement dans la reconstitution d'organes qui fonctionneraient aussi bien qu'un organe vivant à l'intérieur du corps. On peut ainsi espérer, à terme, se passer des animaux pour la recherche médicale.

5.3. Trafic clandestin, toujours...

Depuis 1969, il est totalement interdit de chasser le chimpanzé, pour le consommer ou le revendre. Il faut savoir que les exportations d'animaux sont particulièrement meurtrières : seuls les jeunes individus sont capturés, mais, pour ce faire, il faut d'abord tuer la mère et souvent plusieurs autres animaux du groupe. Ensuite, le stress intense s'ajoute aux conditions de transport souvent déplorables, si bien que la plupart des animaux expédiés meurent avant, ou peu de temps après leur arrivée. Ainsi, l'Institut Pasteur de Guinée a exporté 700 chimpanzés entre 1917 et 1960. On estime que cela représente en fait la mort de 3 000 à 4 000 chimpanzés !

Les mesures d'interdiction sont difficiles à appliquer et n'empêchent pas le trafic clandestin.

5.4. Histoires de chimpanzés

En Afrique, des gravures rupestres représentent déjà des singes, et le babouin était un dieu chez les Égyptiens de l'Antiquité. Mais il faut attendre le milieu du xviie siècle pour lire une description reconnaissable d'un chimpanzé. Elle a été faite par l'Anglais Tulp, en 1641 et ce n'est qu'à la fin du xviie siècle, en 1699 précisément, qu'est dessiné pour la première fois un chimpanzé. Il s'agit d'une gravure du chirurgien Tyson, faite en Angleterre, qui représente un jeune chimpanzé, debout, se tenant à l'aide d'une canne, et que le chirurgien a appelé orang-outan ! Le nom d'espèce du chimpanzé, « troglodyte », a été défini en 1799 par le naturaliste allemand Blumenbach. Ce nom fait référence au fait que, d'après les anciennes croyances, les grands singes avaient occupé les cavernes avant les hommes préhistoriques.

Beaucoup d'histoires circulent sur les chimpanzés en Afrique. L'une d'elles illustre la grande agilité du chimpanzé pour grimper : la tortue veut se venger de la grue, qui a tué sa mère pour la manger. Elle demande au chimpanzé de l'aider, en allant saccager son nid en haut de l'arbre. Il accepte de le faire, en échange d'un panier de noix, cent œufs et diverses autres broutilles. Comme il est le seul à pouvoir lui rendre ce service, la tortue est bien obligée d'accepter son prix exorbitant.

Plus près de nous, la compagne de Tarzan est un chimpanzé femelle, qui répond curieusement au nom de Cheetah (ce qui veut dire « guépard », en anglais).