En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Naufrage du Titanic, interview d'une survivante

Naufrage du Titanic, interview d'une survivante

« Ma vie dépendait de mon saut »

Interview de Edwina Corrigan, une survivante du naufrage du Titanic qui eut lieu dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

« I occupied State Room 101, E Deck, Second Class. The cries of women and the heartbreaking scenes were too terrible for description. A frantic man was calling: ''Who will save my baby ? The mother has gone ahead in another lifeboat with two others.'' I readily said ''I will''. The baby was given over to me, the age was about three months. The officer enabled me to jump into the lifeboat, which was extended from the Titanic over the waves. My life depended upon my jump. They managed to draw the lifeboat nearer the doomed liner, and fill them with about twenty women and a dozen babies. Five members of the crew, manned by Bailey, Master of Arms. The little baby was thrown in to the crews' arms, and safely given to me. Two little French babies were also tossed into the same boat, and some blankets. In the distance, we could plainly see a white light. Orders were given : ''Make for that light, empty your boats and return to the ship''. During the cries of the sinking, Bailey ordered our men to sing ''Pull For the Shores, Sailors''. »

Traduction :
« J'occupais la cabine 101 sur le pont E, en seconde classe. Les larmes des femmes et les scènes déchirantes étaient trop terribles pour qu'on les décrive. Un homme désespéré criait ''Qui va sauver mon bébé ? Sa mère est partie dans un autre canot de sauvetage avec les deux autres.''. J'ai aussitôt dit : ''Moi''. On m'a tendu le bébé, il avait trois mois environ. L'officier m'ordonna de sauter dans le canot de sauvetage, qui était descendu du Titanic par-dessus les vagues. Ma vie dépendait de mon saut. Ils réussirent à rapprocher le canot du paquebot en train de sombrer, et le remplirent avec vingt femmes environ, et une douzaine de bébés. Cinq membres de l'équipage, commandés par Bailey, le maître d'armes, étaient à bord. Le bébé passa dans les bras de l'équipage et me fut remis sain et sauf. Deux bébés français furent aussi lancés dans le même bateau, ainsi que des couvertures. À distance, nous pouvions voir distinctement une lumière blanche. Des ordres furent donnés : ''Dirigez vous vers cette lumière, videz vos bateaux et retournez au paquebot''. Pendant les larmes du naufrage, Bailey ordonna à nos hommes de chanter ''Souquez vers le rivage, marins !'' »

Institut des Archives Sonores