En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

río Guadalete

Fleuve d'Espagne, en Andalousie, tributaire de l'Atlantique.

Il prend sa source dans la sierra de Grazalema, à 1 130 m d'altitude, puis se dirige vers l'ouest, arrose Arcos de la Frontera, et se jette dans la baie de Cadix, après un cours de 150 km.

LA BATAILLE DU RÍO GUADALETE

Nom que sous lequel la plupart des historiens espagnols désignent la rencontre décisive qui se déroula le 19 ou le 26 juillet 711, et au terme de laquelle le dernier des rois wisigoths d'Espagne, Rodrigue, subit devant l'armée arabo-berbère de Tariq ibn Ziyad une déroute totale dans laquelle il trouva la mort et qui, en entraînant l'écroulement de la structure étatique du royaume wisigoth, ouvrit la péninsule Ibérique à la conquête musulmane.

La localisation traditionnelle de cette bataille sur les rives du río Guadalete (en arabe ouadi Lakko) a été remise en cause par plusieurs historiens de grand renom (Fernandez Guerra y Saavedra, Lévi-Provençal…) qui, la situant entre Medina-Sidonia et la lagune de la Janda, la décrivent sous le nom de « bataille du rio Barbate », tandis que d'autres encore (Joaquin Vallvé) ont proposé une troisième localisation, sur les rives du Guadarranque (en arabe oued ar-Rinq) à quelques kilomètres au nord de Gibraltar.

L'obscurité qui entoure les premiers épisodes de la conquête arabe de la Péninsule, la grande pauvreté des sources, et plus encore, les multiples traditions légendaires qui constituent un écran gênant pour la connaissance historique de ces évenements, rendent difficile la reconstitution des faits. Il semble toutefois acquis que le débarquement des forces arabo-berbères soit notamment intervenu à la suite de sollicitations auprès de Moussa ibn Nossayr, wali omeyyade du Maghreb, d'un prince wisigoth, Witiza, pour appuyer ses prétentions au trône ; il paraît également probable que l'armée dépêchée par le wali ait bénéficié pour son débarquement de l'aide d'un noble wisigoth (ou byzantin ?) acquis à la cause de Witiza, connu dans les sources chrétiennes sous le nom de « comte Julien » mais dont la personnalité reste fort obscure. Il est en revanche bien attesté que, dès qu'il eut connaissance du débarquement de Tariq ibn Ziyad (avril 711), Rodrigue, qui était alors occupé dans le nord de l'Espagne à combattre une rébellion des Vascons (Basques) ; redescendit aussitôt à marche forcée vers l'Andalousie ; lors de la rencontre, le roi wisigoth commit l'erreur de confier le commandement des ailes de son armée à des parents d'Akhila, peut-être deux frères de ce dernier : leur trahison, au moment du combat, entraîna la déroute de l'armée de Rodrigue, qui trouva la mort dans la bataille.