En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Tortel

Poète français (Saint-Saturnin-lès-Avignon, Vaucluse, 1904-Avignon 1993).

Attentif à l'existence des objets ainsi qu'à « l'émergence de la poésie » (Raymond Jean) à travers le langage, il a fondé son œuvre sur un principe d'économie verbale qui est chez lui l'espace même du dire : Cheveux bleus (1931), Poèmes du jour et de la nuit (1944), Naissances de l'objet (1955), Élémentaires (1961), Villes ouvertes (1965), Relations (1968), Limites du regard (1971), Instants qualifiés (1973), Des corps attaqués (1979), les Solutions aléatoires (comprend : Cela se passe, 1979 ; Didactiques I, 1978 ; Des feux c'est la nuit, Vers, la Boîte noire, Didactique II, 1983), Provisoires saisons (1984), Arbitraires Espaces (1986), Précarités du jour (1990).

Principaux essais : l'Amour unique de Maurice Scève (1963-1973), Clefs pour la littérature (1965-1972), Ponge cinq fois (1984).

J. Tortel a collaboré aux Cahiers du Sud, de 1938 à 1966. Il a obtenu le Grand Prix national de poésie en 1986 pour l'ensemble de son œuvre.