En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Léo Tindemans

Homme politique belge (Zwijndrecht 1922-Edegem 2014).

Secrétaire national du parti social-chrétien (1958-1966), ministre des relations communuataires (1968-1971), ministre de l'Agriculture et des Classes moyennes (1972-1973), vice-Premier minstre et ministre du Budget (janvier 1973), il forme, après la victoire électorale des sociaux-chrétiens en mars 1974, un cabinet minoritaire de sociaux-chrétiens et de libéraux (avril 1974). Tout en accordant la priorité aux problèmes économiques et sociaux, aggravés par la crise pétrolière, Léo Tindemans garde comme objectif principal la régionalisation. Vainqueur des élections anticipées d'avril 1977, il constitue, le 3 juin, un nouveau gouvernement ouvert aux francophones bruxellois et à la Volksunie. Il préside au « pacte d'Egmont » (24 mai) mais son application se heurte à des difficultés qui provoquent la chute de son cabinet, le 11 octobre 1978.

Président du parti social chrétien flamand d'avril 1979 à décembre 1981, il est ensuite ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Martens (1981-1989) ; à ce titre, il œuvre notamment à l'amélioration des relations transatlantiques, au travers de l'OTAN. Président du parti populaire européen (1976-1985), eurodéputé (1979-1999), il s'attache à poursuivre la construction européenne en prônant un rôle renforcé de la Commission européenne, une union économique monétaire, une politique étrangère et de sécurité commune.

Pour en savoir plus, voir l'article Belgique : vie politique depuis 1951.