En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Irving G. Thalberg

Producteur américain (New York 1899-Los Angeles 1936).

Administrateur de production américain intimement lié aux heures de gloire de la Metro Goldwyn Mayer, Irving Thalberg fut tout d'abord le secrétaire particulier de Carl Laemmle, en 1918. À vingt et un ans, en 1920, il devint directeur général de la production d'Universal, poste qu'il occupa jusqu'en 1924.

Son début de carrière fulgurant est à l'image de sa vie. Soucieux des dépenses excessives, il se heurte une première fois à Erich von Stroheim pour les Chevaux de bois (Merry-Go-Round, 1923). Rapidement reconnu comme un exceptionnel administrateur, il est engagé par la MGM à la création de la compagnie. Il y retrouve Erich von Stroheim qu'il oblige de réduire considérablement le budget des Rapaces (Greed, 1923-1925).

Omniprésent sur les plateaux, vigilant sur les devis, il exige que tous les projets lui soient soumis pour approbation. Avant la sortie générale d'un film, il impose des « previews » devant un public test. En cas d'échec, il fait refaire le film, parfois intégralement. S'il est terriblement exigeant, despote, son travail est efficace et la MGM lui doit en grande partie d'être rapidement devenue l'une des premières compagnies américaines de production. Sa personnalité servira de modèle au personnage de Scott Fitzgerald dans le Dernier Nabab.

À l'origine de la carrière de Greta Garbo, il permet aussi la réalisation de films difficiles : la Grande Parade (1925) et la Foule (The Crowd, 1928), de King Vidor ; les Révoltés du Bounty (Mutiny on the Bounty, 1935), de Frank Lloyd. En 1927, il épouse la comédienne Norma Shearer, qu'il impose dans plusieurs films (Miss Barrett, de Sidney Franklin, 1934 ; Roméo et Juliette, George Cukor, 1936). Mais, diminué par une santé fragile, il restreint ses activités au sein de la MGM à partir de 1932. Il meurt d'une pneumonie en 1936.