En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

David Oliver Selznick, dit David O. Selznick

Producteur américain de cinéma (Pittsburg 1902-Los Angeles 1965).

Célèbre pour avoir produit Autant en emporte le vent, David Olivier Selznick est lui-même le fils du producteur Lewis J. Selznick. Il travaille d'abord pour son père avant de monter seul son premier film, Roulette, en 1924. Accumulant les problèmes et les échecs, il entre à la MGM pour un poste de lecteur avant de passer à la Paramount, dirigée par Adolph Zukor, 1929. En deux ans, il produit quelques films (Chinatown Nights et The Man I Love, de William Wellman, 1929 ; Street of Chance, de John Cromwell, 1930 ; …).

En 1931, il change encore de compagnie pour devenir vice-président de RKO, où il supervisera une quinzaine de films dont What Price Hollywood ? de George Cukor (1932), Bird of Paradise, de King Vidor (1932) ; The Conquerors, de William Wellman (1932).

Après son mariage avec Irene Mayer, la fille du producteur Louis B. Mayer, Selznick revient à la MGM où il seconde Irving Thalberg et produit encore quelques films très remarqués (David Copperfield, de George Cukor, 1935). Ses choix artistiques, son dynamisme, son sens des affaires et de la gestion font de lui un producteur très recherché.

En 1936, fort de son expérience, il crée sa propre compagnie, la Selznick International, et produit quelques films aux succès non négligeables jusqu'à l'une des œuvres les plus célèbres de Hollywood, Autant en emporte le vent (Gone with the Wind, de Fleming, Cukor et Wood) en 1939.

Le succès mondial de ce film marquera la carrière de Selznick, mais Hollywood lui doit aussi d'avoir su attirer en Californie Alfred Hitchcock, Vivien Leigh et Ingrid Bergman.

En 1949, il épouse la comédienne Jennifer Jones, dont il favorise depuis quelques années la carrière (Duel au soleil, de Vidor, 1947 ; le Portrait de Jenny, de Dieterle, 1948 ; Station Terminus, de De Sica, 1953).

L'Adieu aux armes, de Vidor (1957) sera son dernier film. Il doit finalement se retirer, confronté aux exigences commerciales de l'usine à rêves.

Publiés après sa mort, ses mémoires sur le métier de producteur représentent une source documentaire remarquable.