En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ernestine Jane Geraldine, dite Jane Russell

Jane Russell
Jane Russell

Actrice américaine (Bemidji, Minnesota, 1921-Santa Maria, Californie, 2011).

1. Les débuts

Fille d’une ancienne actrice de théâtre, modèle pour photographes, Jane Russell s’essaye à l’art dramatique à la fin des années 1930. Elle est repérée en 1941 par Howard Hugues qui décide de mettre en avant sa poitrine avantageuse dans son film le Banni. Le film, dans lequel l’actrice tient un rôle secondaire, est aussitôt interdit. Cependant, la publicité et le parfum de scandale liés à cette affaire propulsent Jane Russell au rang de vedette, sans jamais avoir été vue dans un film. Le Banni ne sortira qu’en 1948 en France.

2. Le succès

Sa carrière lancée, Jane Russell collectionne les rôles à succès dans des comédies burlesques et des films d’aventures exotiques : Visage pâle (N. Z. McLeod, 1948) ; Fini de rire (His Kind of Woman, J. Farrow, 1951) ; Bal à Bali [caméo] (Hal Walker, 1953) ; French Line (L. Bacon, id.) ; la Vénus des mers chaudes (J. Struges, 1955).

Comédienne agréable et excellente danseuse, elle est engagée pour des rôles moins stéréotypés. Dans la comédie musicale Les hommes préfèrent les blondes (Howard Hawks, 1953), elle forme un tandem inoubliable avec Marilyn Monroe. Marilyn est la blonde ingénue, attirée par les diamants, Jane est la brune à la répartie cinglante, éblouie par les muscles.

Elle tourne ensuite plusieurs films avec de grands metteurs en scène : les Implacables (Raoul Walsh, 1955) ; l’Ardente Gitane (Nicholas Ray, 1956) ; Bungalow pour femmes (R. Walsh, id.).

Craignant que son personnage un peu factice de créature voluptueuse ne vienne à lasser, Jane Russell interrompt d’elle-même sa carrière à la fin des années 1950, se contentant de jouer les « guest-stars » (The Fuzzy Pink Nightgown, N. Taurog, 1957).