En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Ibrahim Rugova

Ibrahim Rugova et Nekebi Kelmendi
Ibrahim Rugova et Nekebi Kelmendi

Homme politique kosovar (région de Peć 1944-Priština 2006).

Fils d'un commerçant exécuté par les communistes, diplômé de littérature albanaise et de philosophie, ancien membre du parti communiste et secrétaire de l'Union des écrivains du Kosovo, il fait figure de pionnier de l'intelligentsia kosovare dans l'ex-Yougoslavie communiste avant de s'engager dans la lutte politique.

En réponse au décret pris en 1989 par Slobodan Milošević de suspendre l'autonomie du Kosovo et de dissoudre les institutions provinciales, Ibrahim Rugova prône la résistance pacifique et fonde avec quelques autres, en décembre 1989, la Ligue démocratique du Kosovo (L.D.K.). Celle-ci boycotte toutes les élections organisées par Belgrade, installe des institutions parallèles et clandestines propres à la majorité albanaise de la province ; en 1992, son président se fait triomphalement élire à la tête de la République autoproclamée du Kosovo.

Confronté à la montée d'une forte opposition intérieure incarnée par l'Armée de libération du Kosovo (UCK), qui prône la lutte armée pour répondre à l'intensification de la répression serbe, Ibrahim Rugova, resté fidèle à sa gestion pacifique de la crise, peine à se faire réélire à la présidence de la province en 1998. Politiquement affaibli, marginalisé lors des négociations de Rambouillet organisées entre représentants serbes et albanais en février 1999, accusé de népotisme par ses propres partisans, il est néanmoins élu président de la province du Kosovo sous administration de l'O.N.U. en 2002 (réélu en 2004).

Fervent partisan de l'indépendance de la province, il meurt au moment où, à la tête des négociateurs albanais, il s'apprêtait à mener le processus de discussions sur le futur statut du Kosovo, entamé en novembre 2005, sous l'égide des Nations unies.