En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Dino Risi

Cinéaste italien (Milan 1916-Rome 2008).

Assistant de Mario Soldati en 1941 (Piccolo mondo antico) et d'Alberto Lattuada en 1943 (Giacomo l'idealista), il tourne, dès 1946, des courts-métrages (Barboni, Cortili) et, après quelques scénarios, il débute dans le long-métrage avec un documentaire, Il siero della verità (1949). Dès lors, il tourne des comédies de mœurs à l'humour grinçant, acide et parfois tendre : Pauvres mais beaux (Poveri ma belli, 1956), l'Inassouvie (Un amore a Roma, 1960), le Fanfaron (Il sorpasso, 1962), les Monstres (I mostri, 1963), Fais-moi très mal... mais couvre-moi de baisers (Straziami ma di baci saziami, 1968), Une poule, un train... et quelques monstres (Vedo nudo, 1969), la Femme du prêtre (La moglie del prete, 1970), Moi, la femme (Noi donne diamo fatte cosi, 1971), Rapt à l'italienne (Mordi e fuggi, 1972), Parfum de femmes (Profumo di donna, 1974), Âmes perdues (Anima persa, 1976), Dernier Amour (Primo amore, 1978). Infatigable créateur de comédies, loin de s'assagir, il se montre de plus en plus caustique : Cher Papa (1979), Fantôme d'amour (1980), les Derniers Monstres (1983), le Bon Roi Dagobert (1984), le Fou de guerre (1985), Valse d'amour (1992).