En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Raimon de Miraval

Troubadour occitan (vers 1165-Lerida, Catalogne, vers 1229).

On sait peu de choses de sa vie : que, petit seigneur du Carcassès, il fut dépossédé de son fief et qu'il vécut ensuite auprès de plusieurs seigneurs languedociens, après avoir répudié sa femme Gaudairenca parce qu'elle aussi composait des chansons, et que c'était décidément trop de deux poètes pour trouver accueil dans un château ; qu'il conçut pour la châtelaine de Cabaret, Loba (« la Louve ») de Pennautier, une passion malheureuse ; qu'il fut aussi captif d'amour de Brunessen, femme du baron Peire Rogier de Clermont-Ferrand, et d'Azalaïs de Boissézon, épouse de Bernard de Lombers, dont il chanta si bien les vertus et la beauté que, sur son témoignage, le roi Pierre d'Aragon s'éprit d'elle et vint lui faire la cour ; et, surtout, qu'il résida à la cour du comte Raimond VI de Toulouse, à qui, tant il l'aimait, il donnait le surnom féminin d'Audiartz.

Toutes ces cours d'amour furent emportées dans la fumée des bûchers de la croisade contre les Albigeois et, après la défaite de Muret (1213), Raimon de Miraval trouva refuge à la cour du roi Pierre d'Aragon. Des très nombreuses chansons d'amour qu'il composa, il ne nous reste qu'environ 45 pièces.