En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

saint Paulin de Nola

(Meropius Pontus Paulinus)

Évêque de Nola (Bordeaux 353-Nola, Campanie, 431).

Il est le fils d'un riche patricien bordelais, Pontius Paulinus, qui appartenait à l'ordre sénatorial et possédait de vastes domaines en Aquitaine et en Campanie. Sous la direction du grand poète Ausone, un ami de son père, le jeune Paulin reçut une éducation littéraire et une solide culture classique, cultivant particulièrement la poésie. Sa carrière politique fut brillante : en Italie, il exerça une magistrature curule qui lui ouvrit le Sénat ; il obtint vraisemblablement un consulat suffect avant 379, puis exerça la charge de gouverneur de Campanie. Il se rendit ensuite en Espagne, où il épousa une riche héritière, Therasia, et revint s'établir en Aquitaine où il mena pendant quelques années une vie de grand propriétaire, partageant son temps entre la surveillance de ses domaines, la poésie et l'éloquence, échangeant une abondante correspondance avec ses amis, Ausone et Sulpice Sévère.

À la suite de circonstances qui ne nous sont pas connues, peut-être à la suite d'une rencontre à Vienne avec Martin de Tours, une conversion spirituelle l'amena à considérer comme stérile cette vie mondaine, et il décida de renoncer à ses biens en faveur des pauvres. Il reçut le baptême (389) et partit pour l'Espagne, s'établissant à Saragosse puis à Barcelone, où il fut ordonné prêtre en décembre 393. Après avoir obtenu de ne pas être attaché à l'Église de cette ville, il se retira à Nola, où il établit une petite communauté. Il continua d'entretenir une active correspondance avec les plus hauts personnages de son temps (on conserve de lui plus de cinquante de ses lettres adressées à Augustin, Jérôme, Ambroise, Sulpice Sévère…), et de composer des poèmes, dédiés pour la plupart à saint Félix de Nola (Natalicia), qui font de lui, avec Prudence, l'un des plus célèbres poètes de la chrétienté. Devenu évêque de Nola (vers 409 ?), la fin de sa vie fut assombrie par les ravages occasionnés par les invasions barbares (sac de Rome par Alaric en 410) auxquelles il fit face avec courage.

Fête le 22 juin.