En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maurice De Bevere, dit Morris

Dessinateur et scénariste de bandes dessinées belge (Courtrai 1923-Bruxelles 2001).

Maurice de Bévère commence sa carrière en 1943 comme encreur dans un studio d'animation. Sous le pseudonyme de Morris, il réalise aussi de nombreuses couvertures pour le magazine le Moustique, aux éditions Dupuis. C'est la fermeture du studio qui le pousse vers la bande dessinée. 1947 voit l'apparition dans l'Almanach de Spirou d'un cow-boy solitaire qui connaîtra bientôt un immense succès : Lucky Luke. D'abord sous la forme de courts récits, puis d'aventures plus longues, Lucky Luke devient un des piliers du journal Spirou. Ce western humoristique met en scène un cow-boy « qui tire plus vite que son ombre » et son cheval Jolly Jumper, commentateur philosophe de l'action.

En 1955, Morris, qui, jusqu'à cette date, écrivait lui-même les histoires, préfère se consacrer entièrement au dessin, et la série s'enrichit d'un scénariste prestigieux en la personne de René Goscinny. C'est à lui que l'on doit la création, dans les Cousins Dalton (1959), de quatre bandits plus bêtes que dangereux, fidèles adversaires de Lucky Luke. En 1960, au début de Sur la piste des Dalton, apparaît une autre figure récurrente de la série : Ran-Tan-Plan, dont la réputation de chien le plus stupide de l'Ouest est loin d'être usurpée. Ran-Tan-Plan obtiendra même sa propre série à partir de 1987, dessinée par Morris et d'autres dessinateurs (le Grand Voyage, 1998).

En 1968, Lucky Luke quitte l'hebdomadaire Spirou pour Pilote. Juste retour des choses pour un héros de western, Lucky Luke passe sur grand écran en 1971, grâce au dessin animé Daisy Town. La bande dessinée se poursuit dans Pilote avec un succès toujours croissant, et Lucky Luke aura son propre magazine mensuel en 1974 (douze numéros). En 1977, après le décès de Goscinny, la série continue, reprise par divers scénaristes. En 1991, une maison d'édition est entièrement dédiée au « cow-boy solitaire » (Lucky Production), incarné au cinéma par Terence Hill la même année. Elle publie en 1995 Kid Lucky, album consacré à la jeunesse de Lucky Luke, et poursuit la publication de ses aventures régulières (Marcel Dalton, 1998), toujours dessinées par Morris.