En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pat Metheny

Guitariste de jazz américain (Lee's Summit, Missouri, 1954).

Le fait qu'il enseigne à vingt ans à la Berklee School of Music (près de Boston) indique ses aptitudes d'instrumentiste. Musicalement, il occupe une place intermédiaire entre le free jazz et le jazz-rock. Fasciné par l'univers d'Ornette Coleman, il aura, à partir de 1985, plusieurs occasions de jouer avec cet innovateur. Depuis la fin des années 1970, Pat Metheny se préoccupe de l'utilisation des nouvelles technologies : synthétiseur, guitare électronique ; pour autant, il ne renie pas le traitement acoustique du son. Parmi ses enregistrements, citons Bright Size Life (1976), 80/81 (1980), Zero Tolerance for Silence (1994), Imaginary Day (1997).

Se faire apprécier autant par les pères du be-bop que par les enfants du rock, les anciens combattants du free et les fusionnistes invétérés n'est pas chose courante pour un jazzman. Pat Metheny (avec son allure d'éternel étudiant) réussit cette gageure grâce à son ouverture d'esprit musical (il avoue aimer autant la chanteuse country Dolly Parton qu'Ornette Coleman, l'un des pères du free jazz, et compose pour David Bowie), qui transparaît dans son œuvre. Il a offert un modèle alternatif au style virtuose et crispé de McLaughlin, proposé des mélodies à la séduisante simplicité, un discours « saxophoniste » très chantant et une diversité de sonorités nouvelles, astucieux alliage entre acoustique et électronique (qui va de la bonne vieille Gibson au Synclavier, en passant par l'Ovation ou la douze-cordes).

À douze ans, il manifeste son intérêt pour le jazz à l'écoute d'Ornette Coleman, auquel il vouera un véritable culte, interprétant souvent ses compositions et jouant avec lui en 1985 (le disque Song X). À vingt ans, il rencontre le vibraphoniste Gary Burton, avec lequel il jouera jusqu'en 1977, enseigne à la Berklee School of Music, enregistre son premier disque, Bright Size Life, avec Jaco Pastorius et forme le Pat Metheny Group avec son ami, le pianiste Lyle Mays ; le disque American Garage remporte un énorme succès commercial. En 1980, il enregistre avec Michael Brecker, Dewey Redman, Charlie Haden et Jack DeJohnette le disque 80/81, puis joue avec Sonny Rollins et des musiciens brésiliens.

Pat Metheny s'intéresse depuis 1978 aux matériels musicaux les plus récents, comme la première guitare-synthé, qu'il utilise dans Offramp (1982) puis le Synclavier. Comme Stevie Wonder, Frank Zappa et tant de jeunes musiciens, il affrontera ces nouveaux appareils électroniques et déclarera « employer le Synclavier comme un écrivain se sert d'une machine à traitement de texte », tout en affirmant que, « malgré (son) goût pour la technologie, rien ne vaut le son d'un instrument acoustique ».

Son groupe, augmenté de deux vocalistes et d'un percussionniste brésilien, sillonnera le monde entier en 1987-1988. Pat composera quelques musiques de films, tel celui de John Schlesinger, Le Jeu du faucon, dont David Bowie chante le thème principal, This Is Not America.