En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Missak Manouchian, dit Michel Manouchian

L'Affiche rouge, 1944
L'Affiche rouge, 1944

Poète et résistant arménien (Adıyaman, Empire ottoman, 1906-mont Valérien 1944).

Réfugié en France après le génocide arménien, il est ouvrier à Paris dans les années 1920 et compose de nombreux poèmes publiés à titre posthume (la Chanson de ma vie, 1960).

Devenu militant communiste (1934), il forme un réseau de résistance très actif – le groupe Manouchian – où opèrent notamment Polonais, Hongrois, Arméniens et Italiens, la plupart de confession juive. De juillet à octobre 1943, le groupe Manouchian met en œuvre près de 70 attentats. Le 28 septembre, le groupe abat en pleine rue Julieus Ritter, le délégué pour la France de Fritz Sauckel, nommé par Hitler « plénipotentiaire au recrutement et à l'emploi de la main-d'œuvre ». Michel Manouchian est arrêté le 16 novembre 1943.

Le 15 février 1944 s'ouvre le procès des 23 membres du groupe ; c'est le troisième grands procès de l'Occupation mené par les Allemands à grand renfort de propagande.

Imprimée en 15 000 exemplaires, une affiche de propagande nazie représentant les visages de dix des accusés est placardée pour dénoncer leur action ; c'est « l'Affiche rouge », qui devint, pour la Résistance, l'emblème du martyre. Le 23 février 1944, Michel Manouchian est fusillé avec 22 de ses compagnons.

Pour en savoir plus, voir l'article la Résistance.