En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

David Lodge

Écrivain britannique (Londres 1935).

Élevé au sein d'une famille catholique de classe moyenne, coincée entre l'aristocratie et le prolétariat, David Lodge a passé son enfance et son adolescence à lire des comics et des auteurs anglais comme Jerome K. Jerome, Evelyn Waugh et Graham Greene. Très attiré par la fiction, il se lance à quinze ans dans l'écriture de romans et de nouvelles avant d'entreprendre des études de littérature. En 1960, il obtient son premier poste à l'université de Birmingham et publie depuis régulièrement des essais, dans lesquels il analyse la richesse et la variété de la littérature anglo-américaine (Language of Fiction, 1966 ; The Novelist at the Crossroads, 1971 ; The Modes of Modern Writing, 1977).

Mais, parallèlement à ces essais, qui ont notamment eu le mérite de faire connaître le structuralisme outre-Manche (Working with Structuralism, 1981), et à une carrière universitaire poursuivie jusqu'en 1987, David Lodge est aussi un romancier à la production abondante, inventeur du « picaresque académique », selon la formule d'Umberto Eco, se moquant tranquillement des universitaires qu'il fréquente. Pour Lodge, le roman est le prétexte de rencontres hilarantes. Dans la Chute du British Museum (The British Museum is Falling Down, 1965), il met en scène les pérégrinations comiques d'un homme pris dans le brouillard londonien. Texte de l'enfance, Hors de l'abri (Out of the Shelter, 1975), est le récit le plus autobiographique de l'auteur, roman d'apprentissage et roman international, marqué par l'influence de Dedalus, de Joyce, et des Ambassadeurs de James. En 1980, il obtient le prix du Whitbread Book of the Year pour Jeux de maux (How Far Can You Go ? ).

Écrivain intarissable, il poursuit une œuvre à la fois drolatique et amère, de Changement de décor (Changing Places, 1975) à Un tout petit monde (Small World, 1984), peinture féroce des congrès universitaires, de Jeu de société (Nice Work, 1988) à Nouvelles du Paradis (Paradise News, 1991), Thérapie (Therapy, 1995), où il brosse le portrait d'un scénariste à succès livré à toutes les thérapies possibles pour sortir de sa dépression, Pensées secrètes (Thinks... , 2000), badinage entre une romancière et un spécialiste des sciences cognitives, et la Vie en sourdine (Deaf Sentence, 2008). Autant d'œuvres où l'auteur associe un sens aigu de l'observation à une grande verve satirique. Il a écrit également des ouvrages critiques (l'Art de la fiction, 1992 ; Dans les coulisses du roman, 2007).