En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Siegfried Lenz

Écrivain allemand (Lyck, Masurie [Prusse-Orientale], 1926).

Mobilisé en 1943, déserteur puis prisonnier de guerre, il s'établit en 1945 à Hambourg où il reprend ses études avant de collaborer au journal Die Welt. Écrivain indépendant depuis 1951, il marque son engagement politique en faveur de la S.P.D., à partir de la campagne électorale de 1965. Les menaces que font peser les idéologies sur les individus et leur solitude dans la société moderne, la responsabilité collective, l'attachement à la terre natale, la nécessité d'assumer et de surmonter le passé récent de l'Allemagne fournissent à son abondante œuvre narrative et dramatique (le Bateau-phare, 1960 ; Zeit des Schuldlosen, 1962 ; Die Augenbinde, 1970) ses thèmes dominants. Son roman le plus célèbre, Deutschstunde (la Leçon d'allemand, 1968) prend pour cadre les paysages de la mer du Nord et évoque la vie quotidienne dans l'Allemagne de la fin du nazisme opposant à l'obéissance aveugle la liberté de la création artistique – sujet qu'il reprendra, sur un autre registre, dans Das Vorbild (1973). Dans Heimatmuseum (1978), il revient sur les traditions de sa Masurie natale qu'il avait évoquée avec humour dans les récits de So zärtlich war Suleyken (1955). Exerzierplatz (1985) trace une topographie de l'aventure personnelle et créatrice. Ses nombreuses nouvelles trahissent l'influence de Hemingway et décrivent fréquemment la lutte acharnée et obscure d'un individu contre une fatalité qui l'écrase (Das Feuerschiff, 1960 ; Der Spielverderber, 1965).