En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jean Lemaire de Belges

Poète et chroniqueur de langue française (Belges, aujourd'hui Bavay, dans le Hainaut, 1473-après 1515).

Seul des grands rhétoriqueurs qui ait trouvé grâce auprès de la Pléiade, il utilisa le premier la forme italienne des tierces rimes et se vanta d'avoir introduit en France le culte de Pétrarque.

Il fut secrétaire du duc Louis de Luxembourg et composa pour son décès la Plainte du Désiré (1503) ; en 1503, il devint bibliothécaire de Marguerite d'Autriche, régente des Pays-Bas, et écrivit pour elle en 1505 son Épître de l'amant vert –  ce dernier est un perroquet qui vient de mourir et qui envoie des poèmes à sa maîtresse. Il fut en outre attaché à Anne de Bretagne. Valet de chambre de Louis XII, il rédigea pour lui De la différence des schismes et des conciles de l'Église universelle et de la prééminence et utilité des conciles de l'Église gallicane (1511), ouvrage destiné à soutenir la politique du roi de France contre le pape. Lemaire de Belges annonce la Pléiade par son goût de l'Antiquité et sa conception païenne de la vie (Concorde des deux langages, 1513, où il tente d'apaiser le débat sur la précellence de l'italien ou du français). Son œuvre la plus célèbre est une histoire en prose des origines de la France, les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye (1511-1513) ; il y reprend la légende de la fondation du royaume de France par un fils d'Hector, Francus, mais, sans doute pour flatter Marguerite d'Autriche, il y exalte moins la Gaule et les Gaulois que les Francs et la Germanie, « vraye germinateresse et produiteresse de toute la noblesse de nostre Europe ». Il composa également le Temple d'honneur et de vertu (1503), la Légende des Vénitiens (1509), les Trois Contes de Cupido et d'Atropos (1525), la Couronne margaritique (1549).