En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Legrand

Auteur, chanteur et compositeur de musiques de films français (Bécon-les-Bruyères [Courbevoie] 1932).

Également chef d'orchestre de variétés (comme son père, Raymond Legrand), arrangeur et producteur, Michel Legrand imprime sa marque aussi bien en musique classique qu’en jazz, en Europe qu’aux États-Unis. Pianiste dès l'âge de quatre ans, il entre en 1942 au Conservatoire, où il est l’élève notamment de Nadia Boulanger, et en sort avec plusieurs premiers prix. Accompagnateur de vedettes (Henri Salvador, Juliette Gréco), il devient en 1954 directeur musical de Maurice Chevalier, qui lui fait découvrir l’Amérique. Féru de jazz, il enregistre, parmi d’autres disques, Michel Legrand Plays Cole Porter (1957), puis dirige des jam-sessions où se retrouvent les plus grands jazzmen (Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans…). Il restera cependant proche du milieu de la variété et travaillera avec Claude Nougaro, Serge Reggiani ou Yves Montand, avant d’interpréter son propre répertoire qui comptera comme auteurs Françoise Sagan et Jean-Loup Dabadie.

Venu à la musique de film dès 1955, Michel Legrand accompagne tout le parcours de la nouvelle vague. Il compose pour Jean-Luc Godard (Bande à part) et surtout pour Jacques Demy (les Parapluies de Cherbourg, les Demoiselles de Rochefort, Peau d'Âne, parmi une dizaine de films au total) ; il est alors le créateur d’une forme de comédie musicale à la française où tous les dialogues sont chantés. Il fera aussi carrière à Hollywood, collaborant notamment avec Joseph Losey et Clint Eastwood, et obtiendra trois Oscars. Il ne délaissera pas pour autant le cinéma français (Jacques Deray, Jean-Paul Rappeneau, Claude Lelouch, Louis Malle…).

Créateur d’un big band dans les années 1990, Michel Legrand renoue parallèlement avec la musique classique et réalise plusieurs enregistrements (Satie, Fauré, Duruflé), tout en conservant une activité multiforme.