En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Agnès Jaoui

Actrice, scénariste et cinéaste française (Antony 1964).

La passion du jeu

D’origine tunisienne, Agnès Jaoui naît dans la banlieue parisienne. Élève brillante, elle étudie à Paris au lycée Henri IV où elle fait une hypokhâgne. À 17 ans, elle entre au conservatoire du 7e arrondissement : elle y prend des cours de chant classique et baroque.

À 20 ans, attirée par la scène et le jeu, elle suit les cours d’art dramatique dispensés au théâtre des Amandiers de Nanterre, alors dirigé par Patrice Chéreau. C’est d’ailleurs avec la troupe et sous la direction de ce dernier qu’elle fait ses véritables débuts au cinéma : après une apparition dans le Faucon (Paul Boujenah, 1983), elle tourne en effet dans Hôtel de France en 1987. Cette même année, elle rencontre celui qui deviendra son compagnon et collaborateur de prédilection, Jean-Pierre Bacri, avec qui elle joue l’Anniversaire de Harold Pinter.

Le tandem Jaoui-Bacri

Ensemble, ils écrivent pour le théâtre : Cuisine et dépendances (1991) triomphe à Paris au théâtre La Bruyère. Deux ans plus tard, sur un scénario signé Jaoui-Bacri, la pièce est adaptée au cinéma par Philippe Muyl. Récidive avec Un air de famille, qu’ils créent en 1994 puis qu’ils scénarisent pour Cédric Klapisch qui l’adapte au cinéma en 1996. Le film Un air de famille remporte le césar du meilleur scénario.

Connus dès lors du grand public qui apprécie leur ironie douce-amère, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bari enchaînent les succès. Alain Resnais par deux fois les sollicite : ils scénarisent Smoking/No smoking (1993, césar du meilleur scénario) et On connaît la chanson (1997, césars du meilleur scénario et du meilleur second rôle féminin pour Agnès Jaoui).

En 2000, Agnès Jaoui décide de passer elle-même à la réalisation. S’employant à mettre en scène sa vision critique de la société contemporaine, elle signe le Goût des autres. Coup d’essai, coup de maître : le film reçoit les césars du meilleur film et du meilleur scénario ; il représente même la France aux oscars. Comme une image (2004, prix du scénario au festival de Cannes) et Parlez-moi de la pluie (2008), dont elle coécrit aussi les scénarios avec Jean-Pierre Bacri, viendront confirmer son talent de cinéaste.

En marge du couple qu’elle forme à l’écran avec Jean-Pierre Bacri (Cuisine et dépendances, Un air de famille, On connaît la chanson, le Goût des autres, Comme une image, Parlez-moi de la pluie), Agnès Jaoui poursuit une carrière d’actrice « en solo ». Après des rôles secondaires dans le Déménagement (Olivier Doran, 1997) et le Cousin (Alain Corneau, id.), elle tient le rôle-titre notamment dans Une femme d’extérieur (Christophe Blanc, 2000), 24 heures de la vie d’une femme (Laurent Bouhnik, d'après le récit de Stefan Zweig, 2002) et la Maison de Nina (Richard Dembo, 2005).

En 2006, donnant libre cours à son goût pour le chant, elle enregistre en portugais et en espagnol l’album Canta (Victoire de la musique, catégorie « Musiques du monde », 2007), douze chansons d’amour teintées des sonorités latines du fado, du flamenco, de la bossa et de la salsa.