En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Milt Jackson

Milt Jackson
Milt Jackson

Vibraphoniste de jazz américain (Detroit 1923-New York 1999).

Engagé en 1945 par Dizzy Gillespie, il rejoint en 1949 et 1950 le grand orchestre de Woody Herman. Après avoir joué avec Monk et la plupart des musiciens bop, il fonde en 1951 le Modern Jazz Quartet. Milt Jackson a joué en particulier avec Coleman Hawkins, John Coltrane, Ray Charles et Count Basie.

Un batteur

Peu disposé par nature aux épanchements de type volcanique chers à Hampton, Milton « Milt » Jackson, dit aussi « Bags », forgea son style à l'écoute des boppers tout en restant proche de l'esprit du blues et des gospels qui avaient nourri sa jeunesse. Il a souvent déclaré « vouloir faire parler son âme avec sa musique » ; son attachement et son goût pour la manière funky lui ont valu le surnom de « Brother Soul » de la part de Quincy Jones. Influencé par Monk, Gillespie et Parker, il fut le premier vibraphoniste à jouer be-bop avec, à ses débuts, une sonorité métallique qui deviendra veloutée par la suite (un vibrato plus lent). Son jeu impose d'emblée un climat qui le caractérise : longues phrases aérées d'une musicalité extrême, fluidité mélodique aux harmonies raffinées. Musicien captivant, à l'aisance et à la décontraction remarquables, il est un émouvant interprète de ballades.

Il joue en 1945 dans le Gillespie-Parker Sextet, enregistre son premier disque avec Dinah Washington, avant de jouer dans les petites formations et le grand orchestre de Gillespie (1946-1947), où il fait la connaissance de John Lewis, Kenny Clarke et Ray Brown. Il les retrouvera après avoir joué du piano dans diverses formations- il fut également un partenaire requis par Ray Charles, John Coltrane, Miles Davis et Oscar Peterson- et enregistré avec Monk (le fameux Misterioso en 1948) pour former le Milt Jackson Quartet, qui deviendra en 1952 le Modern Jazz Quartet, Percy Heath remplaçant Ray Brown. La carrière de Milt Jackson se confond avec celle du MJQ.

Le Modern Jazz Quartet

Le MJQ est remarqué dès sa création grâce à deux compositions fétiches du pianiste et directeur John Lewis, La Ronde et Vendome. Kenny Clarke, par suite de mésentente avec Lewis, quitte le quartette en 1955 ; il sera remplacé par Connie Kay, batteur d'une grande intelligence musicale, modèle de sobriété (un art suprême des silences) derrière une batterie enrichie d'une gamme de petites percussions (triangle, cymbales à doigt…). Les quatre hommes en smoking poursuivront jusqu'en 1974 une des plus passionnantes aventures du jazz moderne avec « de nouveaux concepts de jeu qui donnent une liberté plus grande à l'improvisation tout en produisant une forme encore plus forte », dira Lewis, grand compositeur (le sublime Django) et arrangeur, styliste stimulé par l'art du contrepoint, pianiste minimaliste et délicat. Le MJQ, reformé en 1982, sera un champion de longévité du jazz, malgré l'interruption ; un ambassadeur, aussi, auprès du public de la musique classique.