En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Polly Jean Harvey, dite P. J. Harvey

Chanteuse, guitariste, pianiste et compositrice de rock britannique (Corscombe, Dorset, 1969).

Tignasse noire, regard sombre, lèvres rouges… P. J. Harvey se place quelque part entre le grunge à l'anglaise et la « noisy » romantique… Elle est d'abord guitariste-chanteuse dans un combo qu'elle forme avec Steven Vaughan (basse) et Rob Ellis (batterie et chœurs). En 1991, le trio offre ses premiers concerts et un premier single, Dress, paru sur un label indépendant. Ce n'est qu'après la sortie du second, Sheela-Na-Gig (1992), qu'Island signe Polly Jean. Le premier album, Dry, est salué par la presse anglaise. Agressive, glaciale et brûlante, la musique de P.J. Harvey traverse l'Atlantique et le magazine Rolling Stone la désigne « meilleur compositeur de l'année » et « meilleur espoir féminin » en 1992. Ses textes ne sont pas en retrait : ils développent un féminisme sans concession et d'une extrême crudité (« Tarzan, arrête de hurler/Ne vois-tu pas que je saigne ?/Arrête de t'agiter en moi »).

Vacarme organisé. Rid Of Me (1993), vacarme organisé, est le digne successeur de Dry. La même année, elle entame une tournée mondiale, notamment en première partie de U2, et le manager des Irlandais, le fameux Paul McGuiness, la prend sous son aile. Elle enregistre alors 4-Tracks Demo (1993) pour lequel elle abandonne complètement la formule du trio. Cet opus sauvage et épineux (14 titres) propose le premier jet de quelques-unes des chansons de Rid Of Me et des inédits. Toujours dans la même veine, mais peut-être plus abouti, To Bring You My Love frappe aux portes des charts en 1995. Polly Jean joue la plupart des guitares, tous les claviers, ainsi que certaines percussions. Le piano occupe toujours une grande place. Si l'œuvre paraît moins torturée que les précédentes, l'ensemble est plus massif, plus américain. Sa voix, hautement émotionnelle, placée sur des paroles romantiques, ou crues, enveloppe le tout d'un voile intense et intrigant.