En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Régnier, dit Greg

Dessinateur et scénariste belge de bandes dessinées (Ixelles 1931-Neuilly-sur-Seine 1999).

La naissance de Greg

Michel Régnier se découvre enfant un réel talent de conteur, et met très vite en images ses histoires ; c’est ainsi qu’en 1943 il imprime son premier journal dessiné, le Journal de Nouny, dans lequel apparaissent ses premiers traits d’humour et ses premières caricatures. À 16 ans, il publie Nestor et Boniface, puis Bill Badaboum (1948).

Sa rencontre, en 1951, avec Franquin est décisive. Grâce à ce maître, il apprend patiemment à retravailler ses traits, ses constructions, ses détails. Ses progrès sont tels que Franquin lui confie quelques années plus tard une centaine de gags de la série Modeste et Pompon (à partir de 1957 dans le Journal de Tintin), pour laquelle Greg – il prend ce pseudonyme en 1956 – crée le voisin Ducrin. Les deux hommes collaborent ensuite sur certains scénarios de Spirou et Fantasio (1957-1961) dans le Journal de Spirou.

Un scénariste hors pair

Michel Régnier avait auparavant créé, sous le pseudonyme de Michel Denys, le Chat (1953-1956) dans Héroïc-albums, puis Caddy et le Temple aux tigres (1954) et la Corrida (id.) dans le Journal de Spirou, avant de fonder son propre journal, Paddy (1955), qui ne connaîtra que cinq numéros. En 1956, il entre à l’agence International Press et devient le père de nombreux personnages (Fifi, Toutsy, Fleurette, Luc Junior, Minouche). En 1960, il écrit et dessine Rock Derby (dans Tintin), en 1962 Babiole et Zou (id.), en 1963 les As (dans Vaillant), puis reprend les aventures de Zig et Puce d'Alain Saint-Ogan.

De collaborations en collaborations, il devient la figure incontournable de la bande dessinée belge : il est ainsi le scénariste de Chick Bill (1957, dessins de Tibet), Corentin et le Poignard magique (1959, dessins de Paul Cuvelier), Flamme d’argent (1960-1963, id.), Line (1963-1972, id.), Bernard Prince (1966, dessins d’Hermann), Luc Orient (créé en 1967, dessins d’Eddy Paape), Olivier Rameau (1968, dessins de Dany), Bruno Brazil (1969, dessins de Vance), Comanche (1969, dessins d’Hermann), Go West (1971, dessins de Derib), les Naufragés d'Arroyoka (1971, dessins de Claude Auclair). Il est également choisi par Hergé pour l’adaptation en dessin animé (1959) et les scénarios (1960) de quelques Tintin.

Le père d’Achille Talon

C’est en 1963 que Goscinny lui commande une page de gags dans Pilote pour remplacer, au pied levé, un désistement de publicité. Greg invente alors Achille Talon et le succès de son anti-héros est tel qu’il devient rapidement le personnage phare du journal. À travers Achille Talon – archétype du bourgeois moyen, ventripotent, sympathique et débrouillard, fervent lecteur des Pensées de Pascal et qui se complaît dans d’interminables joutes verbales avec son voisin Hilarion Lefuneste –, Greg s’amuse avec la langue, l’étire dans de longues tirades, la tord, l’enrichit sans cesse de mots châtiés, de calembours ou de barbarismes, le tout saupoudré d’un humour fin et décalé. Les personnages secondaires, à la tête desquels trône le papa Talon, incorrigible amoureux de la bière, sont également, à l’image des dialogues, savoureux. Greg, fort du succès de sa série, tentera la sortie d’un bimestriel Achille Talon magazine (1975) qu’il arrêtera après six numéros. Achille Talon a également été adapté en dessin animé.

Animateur et scénariste pour la télévision, rédacteur en chef de Tintin de (1964 à 1974) puis directeur littéraire aux éditions Dargaud (en France) à partir de 1975, Greg est également l’auteur de plusieurs romans noirs. Tout au long de sa carrière, il s’est investi dans l’exportation de la bande dessinée européenne outre-Atlantique, et a reçu de nombreuses récompenses, notamment en 1992 le prix Géant de la BD pour l’ensemble de son œuvre.