En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marvin Pentz Gay Junior, dit Marvin Gaye

Batteur et chanteur de soul américain (Washington 1939-1984).

Sourire et regard charmeur, voix suave à faire flancher les plus réticentes, Marvin Gaye était incontestablement le maître de la ballade soul. Fils d'un pasteur pentecôtiste, le jeune Marvin fait ses classes au temple avant d'opter pour une carrière plus conforme à ses aspirations en devenant le chanteur des Rainbows (qu'il rallie en 1955, avec Don Covay et Billy Stewart), puis des Marquees et, enfin, des Moonglows (avec qui il gravera son premier disque, en 1959, Mama Lucie). Installé à Detroit en 1960, il s'impose ensuite comme un batteur de studio réputé.

Émancipation. Devenu musicien régulier des studios de la Tamla Motown, Marvin Gaye se fait plutôt remarquer pour ses qualités de chanteur. En 1961, tout juste marié à la fille de son patron, il enregistre son premier 45 tours solo, Let Your Conscience Be Your Guide, et, dans la foulée, son premier album, The Soulful Moods Of Marvin Gaye. En 1963, il s'essaie au rhythm and blues et remporte un franc succès avec Stubborn Kind Of Fellow. Mais ce sont ses ballades (notamment How Sweet It Is To Be Loved By You, en 1965) qui font sa notoriété, en particulier auprès du public féminin. Et c'est comme chanteur de charme qu'il assoira sa carrière, souvent en duo, avec Kim Weston, Mary Wells, Diana Ross (Diana And Marvin, 1973) et, surtout, sa partenaire préférée, Tammi Terrell. En 1968, il enregistre en solo un de ses plus gros succès, I Heard It Through The Grapevine (qui se maintiendra pendant sept semaines consécutives à la tête du hit-parade américain), suivi de Too Busy To Think 'Bout My Baby. Après un passage à vide en 1970, suite à la mort de Tammi Terrell, il sort l'année suivante, coup sur coup, trois hits, What's Going On, Mercy Mercy Me (Ecology) et Inner City Blues. Titres qui marquent sa prise de conscience croissante des problèmes sociaux et surtout de la discrimination raciale. Engagé, certes, il n'en reste pas moins un chanteur de charme comme le montrent les très sensuels Let's Get It On (1973) et I Want You (1976).

Joie publique, blues privé. Les déboires de sa vie privée prennent toutefois le pas sur le chanteur « politique ». À l'issue d'un divorce particulièrement douloureux d'avec sa femme Anna, il enregistre Here My Dear (1979), chronique désenchantée d'un amour, du coup de foudre au papier bleu des avocats. L'album est un échec commercial, qui pousse un peu plus le chanteur dans le désarroi. D'autant que la Tamla le lâche après avoir renâclé à publier son In My Lifetime (1981), au moment où Stevie Wonder, le chouchou de la maison de disques, a le droit, lui, de sortir un disque inspiré par la vie des fleurs. En proie à des problèmes de drogue, rejeté par le milieu professionnel qui ne le juge pas fiable, Marvin Gaye s'exile alors en Europe. De ce séjour sur le Vieux Continent il ramène ce qui va être non seulement l'album de son retour, mais également un de ses plus gros succès : Midnight Love, disque dont est issu le tube Sexual Healing qui lui vaut un Grammy Award en 1982. La composition (littéralement : « Guérison sexuelle ») incarne la thématique de Gaye, celle d'un homme perpétuellement balancé entre le bien et le mal, qui voyait, dans un mélange de naïveté et de provocation, en l'amour physique la solution à tous les maux. En apparence tout va bien, mais le chanteur n'a pas surmonté ses démons, son addiction à la cocaïne en particulier, qui prend de graves proportions. Alors qu'il séjourne chez son père, au printemps 1984, une querelle éclate entre les deux hommes. Le ton monte et Marvin Gay Senior tue son fils de plusieurs balles, mettant fin à la carrière de celui qui semblait si bien incarner la nonchalance et la sensualité heureuse.

Le « mythe Marvin Gaye ». Plusieurs années après sa mort, Marvin Gaye reste comme le créateur d'une soul sophistiquée à la fois engagée et d'une sensualité rarement égalée. Il est encore aujourd'hui une influence majeure pour nombre de chanteurs, qui n'apparaissent souvent que comme de pâles imitations du maître. Ses tubes, de I Heard It Through The Grapevine à Sexual Healing, retrouvent régulièrement le chemin des hit-parades à la faveur des nombreuses compilations de ses meilleurs titres sorties ces dernières années. En 1995, une brochette de stars, parmi lesquelles Bono, Lisa Stansfield, Madonna et Massive Attack, ont même enregistré une série de reprises de ses plus belles chansons (sous le nom d'Inner City Blues). Signe que la musique de Marvin Gaye a depuis longtemps dépassé les modes pour entrer dans le domaine du mythe.

Treize ans après sa mort paraît l'album Vulnerable sur lequel Marvin Gaye travaillait depuis 1963 (sous le titre The Ballads) et qui comportait dix ballades où il voulait atteindre l'intensité émotionnelle de Billie Holiday ou Frank Sinatra. Il l'avait réenregistré en 1982, à Ostende, en même temps que Sexual Heading. Sa mort gela le projet et les bandes se perdirent mystérieusement… Vulnerable, avec ses performances vocales, son écrin romantique et son désespoir poignant, demeure le plus grand testament de Marvin Gaye.