En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Vladimir Drinfeld

Mathématicien et physicien russe (Kharkov (URSS, auj. Ukraine)1954).

Aux Olympiades internationales de mathématiques de 1969, il remporte, à l'âge de 15 ans, une médaille d'or pour l'URSS. Chercheur à l'Institut Stekhlov (associé à l'université de Moscou), puis à l'Institut des basses températures de Karkhov, il est à présent professeur émérite de l'Université de Chicago.

Drinfeld se consacre d'abord à des travaux de géométrie algébrique et de géométrie différentielle. Les résultats qu'il obtient vont de la théorie fondamentale des aires et des volumes (où il résout de délicats problèmes logiques) à la théorie du codage de l'information. Il se tourne ensuite vers la théorie de Galois des équations ; complétant de manière très nouvelle le travail de l'école allemande des années 1920, il résout le premier cas difficile d'une conjecture du mathématicien canadien Langlands. Ses travaux des années 1980 portent sur des problèmes de physique mathématique. Dans l'étude de l'évolution des systèmes dynamiques, il introduit de nouvelles notions fondamentales, telles les groupes de Lie-Poisson. Sa découverte la plus remarquable, annoncée au Congrès mondial des mathématiciens de 1986, à Berkeley, est celle des « groupes quantiques », objets mathématiques nouveaux qui jouent pour la physique quantique le rôle que jouent les groupes en physique classique afin de traduire les symétries des systèmes.

Cela lui vaut de recevoir, en 1990, la médaille Fields lors du Congrès de Kyoto.