En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

John Roderigo Dos Passos

John Dos Passos
John Dos Passos

Romancier américain (Chicago 1896-Baltimore 1970).

Un des écrivains marquants de la « génération perdue », il abandonne, à l'occasion de la guerre en France, une tentation première d'esthète littéraire pour un impressionnisme objectiviste, dans des romans dénonciateurs de la machine guerrière (l'Initiation d'un homme, 1919 ; Trois Soldats, 1921). Manhattan Transfer (1925) fonde, à propos de New York, la technique simultanéiste qui va commander la composition de la trilogie U.S.A. (1930-1936). L'épreuve du moi s'ouvre à une odyssée réaliste, sous le signe de la dépossession, qui permet de composer tous les emblèmes socioculturels de l'Amérique dans une systématique du montage et du découpage. L'ensemble atteste la tentation sociale d'un écrivain marqué par le gigantisme américain. L'aptitude au découpage et à l'observation était née de ses voyages de journaliste en Europe, au Proche-Orient, au Maroc (Orient-Express, 1927 ; Journeys between wars, 1938). La désillusion politique commande une nouvelle trilogie, District of Columbia, avec Aventures d'un jeune homme (1939), Numéro Un (1943), le Grand Dessein (1949). Terre élue (1962) totalise les thèmes de l'œuvre sous le signe du bâtard et du recommencement américain. La Belle Vie (1967), autobiographie, fixe les images dominantes des années 20. Les divers essais politiques, l'histoire des États-Unis (The Men who made the Nation, 1957), le vieil essai sur l'Espagne (Rosinante to the Road again, 1922), l'imaginaire de la fiction attestent la recherche d'une totalité culturelle, inséparable des leçons de l'idéologie nationale.