En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André Devigny

Général français (Hauteville-sur-Fier, Haute-Savoie, 1916-Hauteville-sur-Fier, Haute-Savoie, 1999).

Élève de l'École d'infanterie et de chars de combat de Saint-Maixent, il obtint le grade de sous-lieutenant, avant de participer à la Seconde guerre mondiale et de recevoir quatre citations pour s'être distingué au combat. Gravement blessé en 1940, il tenta de rejoindre l'organisation de la France libre à Londres, puis participa à la constitution des réseaux de renseignements et de sabotages de la Résistance, dans le Sud-Est de la France. Arrêté en 1943, il fut emprisonné et torturé au fort de Montluc à Lyon, puis condamné à mort. Peu de temps avant son exécution, il parvint à s'évader et à gagner la Suisse. Le récit de sa détention et de son évasion fit d'ailleurs l'objet d'une adaptation cinématographique (Un condamné à mort s'est échappé, 1956) par le réalisateur français Robert Bresson, qui reçut le prix de la mise en scène à Cannes, en 1957. De retour en France, il fut affecté à la brigade de choc et gagna l'Afrique du Nord (1944), avant de prendre part au débarquement de Provence et à la campagne d'Alsace. Compagnon de la Libération et grand officier de la Légion d'honneur, il fut promu général de brigade, puis nommé à la direction du service action du Service de documentation et de contre-espionnage (future DGSE) en 1971.