En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Agostino Depretis

Homme politique italien (Mezzana Corti, près de Pavie, 1813-Stradella 1887).

Lié aux mazziniens, élu au Parlement de Turin en 1848, il y fut l'un des chefs de la gauche anticléricale. Président du Conseil (1876), il abaissa le cens électoral en 1882, première étape vers l’élargissement des bases de l’État issu de l’unification de l’Italie. Sa politique de « transformisme » consistant à « transformer » les partis en vue de créer un bloc majoritaire – « rassembler des majorités provenant de tout bord » – permit de contrôler les éventuelles oppositions en les associant au pouvoir et en cooptant leurs représentants mais convertit aussi les partis en coteries et en clientèles, écartant toute véritable démocratisation. Cette pratique constitue l’un des traits historiques du système politique italien et l’on a pu ainsi parler de « néo-transformisme » lors de l’ouverture à gauche au début des années 1960.

Sur le plan économique et social, il fit réduire le macinato, un impôt indirect sur les grains exécré par les Italiens mais ne parvint pas à l’abolir. Il instaura également l’instruction élémentaire gratuite. À l'extérieur, il conclut la Triple-Alliance (1882) et amorça l'expansion coloniale italienne en Afrique orientale. Mais la défaite de Dogali (janvier 1887) provoqua sa chute et l’arrivée au pouvoir de Francesco Crispi, qui marque, en revanche, un tournant autoritaire dans les premières années de la construction de l’État italien.