En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel Deguy

Poète français (Paris 1930).

Agrégé de philosophie, professeur de littérature à l'université de Paris-VIII, fondateur de la Revue de poésie (1964)et de Po&sie (1976), ses essais ( le Monde de Thomas Mann, 1962), sont de plain-pied avec son travail de poète, car rien, dit-il, n'est « assuré » : la réflexion, la traduction (Dante, Gongora, Hölderlin) peuvent, comme toute autre activité intellectuelle, aider le poète à réinventer le langage. Le poème, pour être un « événement », doit s'énoncer comme une « anagramme phonique de ce mot de lui-même qu'il ne livre pas entièrement » : incessant va-et-vient de la « promesse des noms » à la « clairière des hommes ». L'invention va de pair avec la mise en question du poème, le poème avec la bribe d'essai, la circonstance la plus anecdotique avec le questionnement le plus abrupt. Si le tissu serré des références n'exclut pas une lecture plus naïve où seuls émergeraient le suc et le choc des mots, en revanche rien ne permet de donner à cette poésie un contenu qui convienne au monde : il ne s'est « jamais agi de rendre le monde poétique, mais de rendre le monde au poétique ». Le départ constamment fait entre deux poésies, celle qui s'imposerait de l'extérieur et celle qui, au contraire, imploserait, explique la complexité d'une œuvre marquée par l'instant, l'occasion, l'à-propos. Parler de tout et de rien, c'est aussi la liberté du poète, à condition qu'il ait, fondamentalement, le sentiment du grotesque, né de celui du provisoire. Critique et saisie immédiate de l'expérience personnelle restent inséparables : la nature, la culture et l'instant sont pris dans le même branle et exploités en un mélange indissociable ( les Meurtrières, 1959 ; Fragments du cadastre , 1960 ; Poèmes de la presqu'île, 1961 ; Biefs, 1963 ; Ouï-dire, 1966 ; Actes, 1966 ; Figurations, 1969 ; Tombeau de Du Bellay, 1973 ; Reliefs, 1976 ; Jumelages suivi de Made in USA, 1978 ; Donnant donnant, 1981 ; Gisants, 1985 ; l'Énergie du désespoir ou d'une poétique continuée par tous les moyens, 1998 ; la Raison poétique, 2000).