En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Michel De Ghelderode

Dramaturge et romancier belge d'expression française (Ixelles-Bruxelles 1898-Bruxelles 1962).

Michel de Ghelderode est issu d'une famille bourgeoise avec laquelle il entre rapidement en conflit. Après des études classiques à Bruxelles, il décide d'entrer au conservatoire de musique, mais en sort deux ans plus tard pour devenir précepteur. C'est alors qu'il se met à écrire. Il débute par des contes (l'Histoire comique de Keizer Karel, 1923) et des poèmes dramatiques (le Cavalier bizarre, 1920). En 1928, sa première pièce importante, composée trois ans auparavant, est montée : la Mort du docteur Faust, tragédie en trois épisodes. Il est dès lors au cœur de la vie culturelle bruxelloise. De 1925 à 1932, il est le dramaturge attitré du Théâtre populaire flamand.

Michel De Ghelderode compose une œuvre originale et dynamique, qui mêle l'histoire flamande à celle de l'Espagne du Siècle d'or et à l'Angleterre élisabéthaine. S'inspirant des grandes légendes médiévales et du théâtre élisabéthain, il est l'auteur d'une œuvre magique et infernale où le crime et le rire, la terreur, la kermesse, la paillardise et le mysticisme alternent frénétiquement. On y retrouve également l'influence de l'expressionnisme allemand, en particulier de Strindberg et d'Ensor, ainsi que celle du peintre Jérome Bosch. Par leur truculence et leur vitalité, les pièces de De Ghelderode s'apparentent à la fois aux fabliaux du Moyen Âge et à la peinture flamande : Hop Signor ! (1942), Fastes d'enfer (1949), Escurial (1948), Magie rouge (1951), Mademoiselle Jaïre (1953), la Farce des ténébreux (1952).