En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Paul Claval

Géographe français (Meudon 1932).

Après avoir enseigné à l'Université de Besançon (1960-1972) puis pendant une année à Paris-XIII (Villetaneuse), il est nommé professeur à la Sorbonne (Paris-IV) en 1973. Auteur extrêmement prolifique, Paul Claval travaille sur des thèmes très variés de la géographie humaine (Éléments de géographie humaine, 1974). Il tente de tirer la géographie française de son isolement en la rapprochant de l'économie (Géographie générale des marchés, 1963 ; Régions, Nations, Grands Espaces, 1968 ; Éléments de géographie économique, 1974 ; Géographie humaine et économique contemporaine, 1984), de la sociologie (Principes de géographie sociale, 1973 ; Les mythes fondateurs des sciences sociales, 1980) et des sciences politiques (Espace et Pouvoir, 1978). Il ne néglige ni la géographie politique (Géopolitique et Géostratégie : la pensée politique, l'espace et le territoire au XXe s., 1994), ni les aspects culturels (La Géographie culturelle, 1997 ; Où en est la géographie culturelle ?, 2008) et fonde en 1992 la revue Géographie et Cultures, qu'il dirige jusqu'en 1997.

Il s'intéresse aussi à l'histoire de la géographie (Essai sur l'évolution de la géographie humaine, 1964 ; La Pensée géographique, 1972 ; Histoire de la géographie, 1995 ; Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, 1998) ainsi qu'à l'épistémologie de la discipline (Épistémologie de la géographie, 2001). Ouvert aux courants nouveaux (modélisation et géographie quantitative) qui viennent des pays anglo-saxons, il est le premier représentant en France de la nouvelle géographie (La Nouvelle Géographie, 1977).

À plusieurs reprises, il fait un état des lieux de la géographie (La Géographie au temps de la chute des murs, 1993 ; La Géographie du XXIe s., 2003). Il ne délaisse ni la géographie régionale (Initiation à la géographie régionale, 1993), ni l'étude d'États (Géographie de la France, 1993) avec une dimension souvent historique (La Conquête de l'espace américain : du Mayflower au Disneyworld, 1990 ; La fabrication du Brésil : une grande puissance en devenir, 2004). En 1996, il décrit son parcours dans La Géographie comme genre de vie : un itinéraire intellectuel et reçoit le Prix Vautrin-Lud.