En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Amable, abbé de Bourzeys

Érudit français, abbé de Saint-Martin-de-Cores, près d'Autun (près de Volvic 1606-Paris 1672).

À dix-sept ans, il accompagna à Rome son parent, le père Arnoux, confesseur de Louis XIII ; considéré à comme un génie extraordinairement précoce, il y apprit plusieurs langues orientales, écrivit des poésies de circonstance en grec et en latin (Augurium epithalamium in nuptiis D.D. Thadaei Barberini et Annae Columnae, 1629), et traduisit en vers grecs un poème latin du pape Urbain VIII.

À Paris, il prêcha avec succès et ses Sermons furent publiés en 1672 ; il fut également un théologien éminent, et a laissé une Lettre au prince palatin Édouard, qui est un traité de religion pour la conversion des protestants et des incrédules.

Admis par Richelieu parmi les premiers membres de l'Académie française, où il entra avant le 13 mars 1634, il collabora au plan du Dictionnaire, et à l'examen du Cid. Colbert le plaça également à la tête de l'Académie des Inscriptions.