En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pierre Le Messier, dit Bellerose

Comédien et homme de théâtre français (Beauvais ? vers 1592 ?-Paris 1670).

Il débuta en 1609 dans la troupe des Comédiens du Roi sous la direction de Valleran Le Conte ; après la mort de celui-ci, vers 1615, il demeura dans la troupe ambulante, à l'administration de laquelle il fut associé jusqu'en 1634 à Gros-Guillaume, puis qu'il dirigea seul après la mort de ce dernier. Rompant avec le style des vedettes comiques de la compagnie (Turlupin, Gaultier-Garguille, Gros-Guillaume, Guillot-Gorju), il introduisit, sous l'influence du genre pastoral, un certain décorum dans le genre du théâtre de comédie et, sous sa direction, la troupe s'imposa désormais dans le nouveau répertoire dramatique, voulu et protégé par Richelieu. Il créa notamment plusieurs grands rôles du théâtre de Corneille. Bellerose demeura à la tête de la troupe de l'Hôtel de Bourgogne jusqu'en 1647, date à laquelle il céda sa charge à Floridor. La somme de 20 000 livres qu'il en coûta alors à son successeur pour racheter ses costumes de scène montre assez le spectaculaire changement social et l'amélioration matérielle qu'avait connus le théâtre parisien dans les dix dernières années.

Certains historiens ont fait grief à Bellerose d'avoir refusé jusqu'en 1624 à Alexandre Hardy, et jusqu'en 1637 à Rotrou, l'autorisation d'imprimer les pièces qu'ils avaient écrites pour la troupe de l'Hôtel de Bourgogne. C'est vouloir ignorer les conditions extrêmement précaires dans lesquelles, jusqu'à une date avancée dans le siècle, les troupes théâtrales pouvaient alors survivre à Paris, et que la publication de ce répertoire, qui constituait le fonds de commerce de la compagnie, aurait fait tomber ces pièces dans le domaine public, n'importe quelle autre troupe pouvant dès lors les monter sans avoir à solliciter l'autorisation de l'auteur ni à le rétribuer.

Bellerose avait épousé en 1630 une comédienne de sa troupe,